La Gazette de la grande ile

JIOI 2023 :  Jeux des îles 2023 – Préparation des athlètes

Publié le 15 mars 2022

Hawel va ternir l’image du président candidat

A un an et demi du coup d’envoi des prochains Jeux des îles de l’Océan Indien (JIOI) de 2023 à Madagascar, des Jeux qui coïncident avec l’élection présidentielle de 2023, aucune réunion ou rencontre avec les fédérations sportives pour la préparation de nos athlètes n’a été organisée jusqu’à ce jour, par le ministre de la Jeunesse et des Sports, Hawel Mamod’Ali, selon la déclaration d’un président de fédération malgache de sport individuel qui veut garder l’anonymat hier. Pourtant, l’échéance arrive à grands pas. A ce rythme, beaucoup s’inquiètent du résultat de Madagascar durant ces Jeux car, un échec de notre pays aux Jeux des îles risque d’influencer la physionomie de l’élection présidentielle de 2023 et ternir l’image du Président candidat.

Cette indifférence du ministre Hawel Mamod’Ali à l’évènement de l’océan Indien en 2023 témoigne du manque de sérieux de ce premier responsable du sport dans le pays en ce qui concerne la préparation des athlètes malgaches.

Jusqu’à maintenant, le ministère n’émet pas des directives claires et précises à l’endroit des fédérations  au sujet de la préparation de nos athlètes (plan d’entraînement détaillé, suivi de ce plan, calendrier précis des activités à mener).

Pour avoir une idée précise de ce manque de sérieux du ministre Hawel Mamod’Ali dans la préparation de nos athlètes pour les Jeux de 2023, à Maurice par exemple son homologue, le ministre mauricien des sports, Stéphan Toussaint, dès le 31 janvier dernier a tenu une réunion au Citadelle Mall avec les fédérations concernées par les Jeux des îles. Il est à signaler que l’île Maurice sera présente dans 23 disciplines. C’est durant cette réunion que le ministre mauricien des sports, Stéphan Toussaint a fait un appel aux dirigeants des fédérations de se concentrer sur la préparation de leurs athlètes afin que ces derniers soient prêts le jour J pour défendre les couleurs de l’île Maurice.  Mieux, Stéphan Toussaint a déclaré

que : « Maintenant que les disciplines sportives ont été arrêtées, le travail doit commencer. Nous avons donc demandé aux fédérations de nous soumettre leur plan pour que nous puissions travailler sur le budget de préparation. Je vais rencontrer mon collègue des Finances pour parler de la préparation de nos sportifs ».

Les Néophytes et Magouilleurs premiers servis

Par ailleurs, en ce qui concerne l’organisation de ces Jeux des iles de 2023, et spécialement dans le projet de mise en place du Comité d’organisation (COJI) qui est maintenant connu, les néophytes et les magouilleurs sont les premiers servis.

En effet, dans ce projet, ce qui a sauté aux yeux est que le ministre des sports, Hawel Mamod’Ali et son staff ainsi que le Comité Olympique Malagasy (COM) se sont partagés les fonctions et les tâches dans ce Comité au lieu de rester superviseur assurant le suivi et le contrôle de toutes les opérations. Ceci, sans aucun doute, pour faciliter leurs magouilles habituelles.

En effet, à part la désignation du ministre des Sports, Hawel Mamod’Ali comme président du COJI, ce projet a fait la part belle au staff du ministre.

Ainsi, l’actuel Secrétaire Général (SG) du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), Lovatiako Ralaivao est désigné comme troisième (3e) vice-président du COJI. La Directrice Générale des Sports (DGS), Rosa Rakotozafy comme Directeur Exécutif du COJI. Le Directeur de Cabinet du ministre, Solofoniaina Michael comme membre du COJI. Le CGP du MJS, Raherinjanahary Pierre Raymond comme membre du COJI. Le Directeur du Sport fédéral (DSF), Andriaterakandriana Aina comme membre du COJI.

En ce qui concerne le Comité Olympique Malagasy (COM), son président, Siteny Randrianasoloniaiko est désigné comme premier (1er) vice-président du COJI. Le Secrétaire exécutif du COM, Randriamalala Jackie, également, trésorière de la fédération malgache d’Haltérophilie présidée par Randriamanarivo Harinelina comme Secrétaire Général du COJI. Le Secrétaire Général du COM, Randriamanarivo Harinelina Jean Alex, désigné comme Commissaire Général du COJI. Et le président de la fédération malgache de Badminton, Ravalison Jean Aimé, un des hommes le plus dévoué à Siteny et le COM, désigné comme membre du COJI.

Eu égard à ce projet, force est d’admettre que cette mise en place du COJI comporte beaucoup d’anomalies pour ne citer que la désignation de Rosa Rakotozafy le DGS du MJS comme Directeur exécutif du COJI. Il est à signaler qu’en plus de ces deux fonctions, Rosa Rakotozafy est aussi l’actuelle Président du Conseil d’Admnistration (PCA) de l’Académie Nationale des Sports (ANS) à Ampefiloha. Un cumul de fonction qui dépasse l’entendement. En terme administratif, ce cumul de fonction s’appelle, le monopole de l’instance, le conflit d’intérêt et le verrouillage administratif. L’objectif d’un tel cumul selon les observateurs est tout simplement de faciliter le détournement de l’argent des Jeux des îles.

Pour en revenir au Comité Olympique Malagasy (COM), outre les magouilles avec l’argent des Jeux des îles, de l’avis des observateurs de la vie sportive, la désignation en grand nombres des hommes de main du président du COM, Siteny Randrianasoloniaiko dans ce projet de mise en place du COJI est de trouver un financement de la campagne électorale du candidat Siteny à la prochaine élection présidentielle de 2023 par l’argent des Jeux des îles,  et courtiser l’électorat des sportifs composé essentiellement des jeunes.

Enfin et non des moindres, la durée d’existence du COJI prendra fin un an après les Jeux des îles après délivrance du quitus de gestion. L’audit du COJI sera validé par le ministère dont le staff est présent en grand nombre dans le COJI. Vu sous cet angle force est de penser que ce COJI avec ce projet concocté par le MJS est juge et partie.

F.A.R

Lire aussi