La Gazette de la grande ile

Incohérence au niveau de l’inflation : Qui est le menteur ?

Publié le 22 mars 2022

L’inflation est une réalité indéniable que subit la population actuellement. Le pouvoir d’achat d’un Malgache ne lui permet plus de vivre décemment, sauf s’il détient un poste au sein du gouvernement. Selon la Banque Centrale, le taux d’inflation au début de l’année 2022 est de 6%. Un chiffre sur la table qui ne reflète pas la réalité, car la population vit actuellement une augmentation de prix des produits essentiels pouvant atteindre les 21%, comme l’huile de table. Le riz, aliment de base pouvant être produit à Madagascar, est actuellement importé d’Asie et se vend à plus de 3.000ar le kilo. Notons cependant que plus de 80% des Malgaches gagnent moins de 2.000ar par jour. La population malgache vit dans la misère et se bat tous les jours contre la faim. La majorité des familles ne mangent plus à leur faim. La famine est en train de se généraliser. Pourtant, les gouvernants osent encore publier des chiffres erronés et affirment que ce qu’ils racontent reflète la réalité à Madagascar.

Les gouvernants disent que le riz se vend à 500ar le kilo, alors que c’est six fois plus cher. Ils assurent que le gaz est accessible aux communs de la population, alors que l’utilisation du charbon de bois comme principale source d’énergie gagne davantage de terrain à cause du prix du gaz non maîtrisé, une réalité qui détruit les forêts malgaches, augmentant également le prix du charbon. C’est un cercle vicieux difficile à briser. Les dirigeants affirment que la distribution en énergie est stable, alors que le délestage persiste, mais ne les concernent pas. Les dirigeants soutiennent à travers les médias qu’il faut éduquer les enfants, mais ne savent pas que la majorité des familles n’arrivent plus à assurer la scolarisation de leurs enfants et que ces derniers doivent aider leurs parents à chercher de quoi manger. Il faut noter que même dans une école publique, l’éducation n’est pas gratuite. Entre le prix des fournitures qui a grimpé de plus de 20% et les examens officiels qui sont devenus payants, envoyer un seul enfant à l’école compromet la survie de toute une famille. Les dirigeants pensent que des écoles publiques flambant neuves peintes en rose et violet sont la clé pour l’éducation à Madagascar. Ils ont oublié que les élèves ont besoin de mesures d’accompagnement à long terme, facilitant leur parcours. Les dirigeants pensent que la population a besoin d’un moyen de transport par câble plus cher pour se rendre au travail… alors qu’en réalité, la population a besoin de travail.

A Madagascar, on ment sur les chiffres à communiquer. D’un côté, il y a la population qui subit, qui endosse toutes les conneries du régime et qui s’enfonce de jour en jour dans la misère. D’un autre côté, il y a les dirigeants. Ces derniers s’imaginent que la population vit dans le luxe comme eux. De ce fait, ils continuent leurs bêtises et publient des chiffres complètement erronés qui ne reflètent pas du tout ce que la population vit réellement. Les dirigeants sont habitués à vivre dans un luxe imperturbable à un point où l’inflation généralisée de tous les produits essentiels n’affecte même pas leur quotidien…

  1. B

Lire aussi