La Gazette de la grande ile

Clémence Raharinirina : Réponse fulgurante de Naina Andriantsitohaina

Publié le 31 mars 2022

Gros coup de gueule du maire, Naina Andriantsitohaina contre la conseillère municipale Clémence Raharinirina hier, en marge de la première journée de la session ordinaire du Conseil municipal d’Antananarivo. Le premier magistrat de la ville d’Antananarivo, Naina Andriantsitohaina mise sur la transparence et répond publiquement et en face-à-face à la conseillère municipale Clémence Raharinirina. «Portez plainte si vous constatez une infraction », dit-il.

Depuis quelques semaines, l’affaire d’emprunt de 11 milliards d’ariary effectué par la Société municipale de gestion digitale (SMGD) auprès de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNaPS) défraye la chronique. La conseillère municipale Clémence Raharinirina a profité de cette occasion pour salir la réputation du maire et est même allée jusqu’à réclamer sa destitution devant les médias de la capitale.

Naina Andriantsitohaina met alors les points sur les «i» et explique. « La Commune Urbaine d’Antananarivo ne s’est engagée en rien. C’est la SMGD qui a effectué l’emprunt en tant que société municipale. Et c’est légal », affirme-t-il. Il a même amené une copie du contrat où il est mentionné « contrat de prêt entre la SMGD et la CNaPS ».

Avant ces explications, le maire défend cet emprunt. « Durant ma campagne électorale, j’ai promis qu’Easy Park (actuellement SMGD) reviendra à la commune. Je me suis battu pour et nous y sommes arrivés. Avant ce rachat d’Easy Park, seulement 20% des recettes revenaient à la commune. Actuellement, ce taux est de 40% et ira même jusqu’à 60%. C’est-à-dire que si le chiffre d’affaires d’Easy Park était de 5 milliards d’ariary, seulement 100 millions d’ariary revenaient à la commune. Mais en ces quatre mois qui ont suivi le rachat d’Easy Park, la SMGD a déjà rapporté 330 millions d’ariary à la commune », explique Naina Andriantsitohaina devant le Conseil municipal.

Ce fut le débat tant attendu entre Naina Andriantsitohaina et Clémence Raharinirina. Et il va sans dire qu’il n’a pas ménagé la conseillère municipale. « Si vous voulez parler de bonne gouvernance, où étiez-vous pendant ces quatre ans où Lalao Ravalomanana (épouse de Marc Ravalomanana) était à la tête de la commune ? J’ai ici en ma possession des piles de documents sur la mauvaise gestion des finances de la CUA pendant que Lalao Ravalomanana était maire. Pendant quatre ans, plus de 50% des royalties versées par Easy Park ont été perçus secrètement. Il y a eu aussi des paiements en espèces envoyés à monsieur Ravalomanana  par sa femme, le paiement de voyage pour le couple au festival du film à Copenhague, le paiement du cocktail de monsieur Ravalomanana,  parce que ce dernier a reçu un prix… Alors, avant de donner des leçons de bonne gouvernance et de détournement de deniers publics, vous devez d’abord vous remettre en cause », dévoile l’actuel maire de la CUA. En effet, pendant cette période où le couple Ravalomanana s’amusait à plumer la commune d’Antananarivo, Clémence Raharinirina était déjà conseillère municipale.

Annie N.

Lire aussi