La Gazette de la grande ile

« Développement rime avec patriotisme » : Le Chef de l’Etat : faites ce que je dis, pas ce que je fais !

Publié le 31 mars 2022

Lors de son discours à Manakara, le Président de la République a dénoncé le comportement des certains acteurs politiques dominés par l’égoïsme, la tromperie et la fourberie. « La politique n’est pas une question d’ego ! Je constate avec tristesse que l’égoïsme et la trahison règnent dans la pratique politique ». Décidément ! On ne peut mieux parler que de soi-même, et il a dû se regarder dans un miroir en préparant son discours.
A-t-il déjà oublié l’accord scellé à Paris en 2009 avec Deba qui devait présider la Transition ? Il disait ne pas être intéressé à ce moment-là à la conduite de la transition vu son âge. Nous connaissons tous la suite, Notre leader bien aimé “vola” la présidence de la transition pendant un mandat entier.
A-t-il déjà oublié ce qu’il a fait après les accords de Maputo II? Même si Deba a accordé à sa mouvance une partie de son quota de ministres, il a renié sa signature allant jusqu’à interdire le retour à Antananarivo de la délègation du président Zafy Albert ?
A-t-il déjà oublié sa promesse à la population du sud de Madagascar sous le Kily de ne plus faire de politique si la réhabilitation de la RN13 ne commençait pas en 2021. Pourtant, il fait mine de l’oublier, le faire oublier et il se prépare déjà à réempiler pour un autre mandat?
Quel crédit accorder à un président qui ne tient pas parole, et qui essaie de rejeter tous les malheurs du pays sur ses opposants ? Ce n’est pas moi, ce sont les autres !

Appel à l’unité et à la solidarité
Mamim-bahoaka appellait tout un chacun à favoriser la solidarité, la cohésion et l’unité, empruntant même les paroles de la 3ème strophe de l’hymne du MDRM “Malagasy ô, handeha hifankatia, ho mpirahalahy tena iray tampo. Ny hifankahala ataovy sanatria, mba ho iray tokoa, ny saina sy ny fo ”.
Lorsqu’on a vu à la télé le ministre du tourisme tirer à boulets rouges sur son collègue cyclope à roulettes (même s’il le méritait bien), où était la solidarité gouvernementale ? Quelle logique expliquerait la reconduction des deux ministres ?
Lorsqu’on regarde les bisbilles à Majunga entre des élus et la ministre de l’enseignement supérieur, que le Chef de l’Etat commence d’abord par regarder son propre camp en limogeant ceux qui fragilisent sa cohésion et son unité.
Il semblerait d’ailleurs que le conseil des ministres vient d’abroger la nomination du numéro 2 de la présidence  le SGP Valéry Ramonjavelo. Comme d’habitude, un autre intérim en vue ! Et un adversaire politique de plus de la région Fitovinany contre Mamim-bahoaka?
Quant aux politiciens de l’opposition, si le Président de la République veut l’appaisement politique, qu’il commence par libérer Rolly Mercia et Berija ! Quant à Mbola Rajaonah poursuivi pour des infractions douanières, représente-t-il un réel danger pour qu’on le mette à Tsiafahy pendant des années sans procès ?
Arrêtez de terroriser les lanceurs d’alertes comme l’ex-agent du ministère de la santé Ravo Ramasomanana. Il mérite plutôt, autant que Zamby  et ses compagnons qui ont participé au sauvetage du SEG sinon plus, d’être élevé au rang d’officier de l’ordre du mérite.

« Je suis prêt à sacrifier ma vie pour sauver le pays, jusqu’à ce que nous parvenions à une réelle indépendance et surtout l’autosuffisance alimentaire », a-t-il dit.
Le timonnier n’ose même plus « prendre le risque » d’aller en hélicoptère pour porter du réconfort à la population d’Ikongo qui a déploré plus d’une centaine de morts, ni à Mahanoro où il s’est contenté d’envoyer un bateau de vivres ! Le vice-président Brunelle lui a bien rendu la pareille en n’étant pas venu assister à Manakara aux cérémonies de commémoration des évènements de 1947 ( pour autant qu’il en était averti). Mamim-bahoaka ne prend plus que l’hélico de la FAO. Alors, oser dire qu’il est prêt à sacrifier sa vie !
Quant à l’autosuffisance alimentaire, Madagascar en est bien loin puisque ce leader bien-aimé préfère concurrencer les riziculteurs malgaches en important du riz (le bateau de riz Nardeen vient d’ailleurs d’accoster à Tamatave après avoir attendu au large depuis le 15 mars 2022, nous coûtant des milliards de surestaries) .
Quel projet d’envergure ce régime a-t-il jamais entrepris pour aider les paysans à produire plus et mieux ? L’importation de vaches laitières ? Dont on n’avait même pas préalablement déterminé les noms de éleveurs qui devaient les accueillir. Alors que la valeur ajoutée du secteur agricole représente près du quart du PIB et que ce secteur emploie près de 2/3 de la population active !
Il a plutôt proposé la venue de sociétés arabes, telle Elite Agro dans le Bas Mangoky, pour cultiver du riz ! Des Arabes spécialistes de la culture du riz ? Puis, préférer que nos riziculteurs deviennent des ouvriers agricoles ? Est-ce sa nouvelle vision du paysannat malgache ? Une nouvelle forme de colonisation plutôt !

Comment sauver le secteur tourisme ?
Le secteur tourisme représente près de 7% du PIB, génère 44 000 emplos directs et fait vivre près d’1,5 millions de personnes. Aucune aide directe attendue de l’Etat, et probablement une 3ème année de disette pour ce secteur, alors qu’en 2019 Madagascar en était à près de 400 000 touristes.
Les journaux et les réseaux sociaux ont appris par un communiqué de la compagnie Air Austral l’annulation des vols Réunion/Toamasina, faute d’autorisation de la partie malgache. Alors que cette compagnie avait reçu de l’ACM, il y a quelques semaines, l’autorisation du ministère des transports d’opérer 2 vols par semaines en ATR72. Air Austral a même dû louer un ATR72 pour opérer ces vols, ne disposant plus dans sa flotte d’appareil  de ce type. Autorisation retirée la veille du 1er vol prévu ! C’est du « salegy » (cette danse malagasy deux pas en avant, puis deux pas en arrière).
Les opérateurs touristiques vont-ils être sacrifiés une fois de plus ? Le prétexte avancé pour n’ouvrir aux vols internationaux que les aéroports d’Ivato et de Nosy Be serait que ce sont les seuls qui disposent des scanners. Et on va pénaliser tout un secteur à cause de quelques trafiquants potentiels, et l’incapacité des responsables malgaches de procéder à des fouilles manuelles approfondies !
Les opérateurs ne baissent pas le bras pour autant et organisent à la gare de Soarano la 5ème édition du Tsenaben’ny fizahantany, sans trop y croire. Certains auraient souhaité profiter de cette tribune pour manifester leur désarroi, mais en seraient fortement dissuadés par les autorités qui prévoient la mise en place de nombreux éléments de l’EMMOREG.
Ce n’est pas tout ! Les touristes ne vont pas tous rester à Tana. Comment acheminer les trafics Tana/Régions avec seulement 2 ATR alors qu’il y en avait 6 en 2019 ? Rinah préfère louer des B787 lui permettant de voyager gratuitement de Tana à Paris, que d’augmenter le nombre d’avions disponibles pour les vols intérieurs.

Beaucoup de gesticulations d’Edgard Razafindravahy pour le secteur secondaire, avec son slogan une unité industrielle par district, mais avec un secteur primaire morose et un secteur touristique en berne, il ne faut pas en attendre de bons résultats.

La Gazette

Lire aussi