La Gazette de la grande ile

A cause des aéroports passoires : Madagascar va exporter ses douaniers !

Publié le 04 avril 2022

Selon la porte-parole du gouvernement, des douaniers malgaches seront affectés en permanence à l’aéroport d’Addis Abeba. Ils effectueront les fouilles des vols en provenance de Nosy Be et d’Antananarivo. Au cas où de l’or ou d’autres richesses naturelles seraient découverts, ils seraient rapatriés sur le prochain vol de retour. Ce seraient les conditions imposées par le gouvernement malagasy pour accepter la reprise des vols d’Ethiopian Airlines, et elles auraient été approuvées par cette compagnie.

L’Etat malgache signerait sous peu un protocole d’accord dans ce sens avec la Central National Intelligency, organe chargé des renseignements en Ethiopie. Même si un tel protocole peut soulever des problèmes de souveraineté.

On n’a pas d’autres précisions quant au statut de ces douaniers, ni sur leur mode opératoire. Seront-ils des diplomates affectés à notre ambassade d’Addis Abeba ? Vont-ils fouiller tous les passagers et leurs bagages à main, ainsi que scanner de nouveau tous les bagages de soute ? Le vol Addis Abeba Nosy Be passe par Moroni, les passagers venant de cet aéroport seront-ils également fouillés ? Cela va changer significativement et alourdir les procédures de transit de ces passagers, d’autant plus que la majorité d’entre eux ne font que transiter. Ces nouvelles dispositions affecteront immanquablement la qualité du hub Addis Abeba.

On ne parle d’ailleurs pas du sort réservé au passager qui aurait été éventuellement « pris la main dans le sac ». Va-t-il être également rapatrié immédiatement à Madagascar par le prochain vol ?

Des négociations avec Airlink et Kenya Airways seraient aussi en cours, sans doute de la même veine. L’objet serait la lutte contre les trafics en tous genres, notamment les exportations illicites d’or. Mais pourquoi cibler particulièrement ces pays, en particulier l’Afrique du Sud qui a déjà montré que ses aéroports ne sont pas une passoire comme les nôtres ?

Pourquoi pas les mêmes dispositions pour les aéroports de Mayotte, Maurice, La Réunion et Paris? D’autant plus que de Maurice et de Paris, il y a des vols vers Dubaï. On ne saisit pas trop la logique de ces décisions.

  • Nos aéroports ? : Des passoires..

Le ministre de la sécurité publique a effectué une descente à l’aéroport d’Ivato le 23 et 26 février 2022. Selon le compte rendu du conseil des ministres du 23 mars 2022, ce ministre et le président de la République ont alors émis plusieurs recommandations. On se demande pourquoi  il ne s’agit que de “recommandations” du ministre et du président, et non de mesures obligatoires prises par le conseil ­­des ministres et qui vont être mises en place.

Un peu tard malheureusement ! Selon un journal réunionais https://www.linfo.re/ocean-indien/madagascar/corruption-a-madagascar-interdite-de-sortie-de-territoire-elle-a-paye-800-millions-ar-pour-passer-les-frontieres

Une Karana S.R. , interdite de sortie du territoire, aurait payé 800 millions ariary à M.A. membre du cabinet du ministre de la sécurité publique, pour passer les frontières. Il s’agirait de Mme Sabira Razaali, épouse Nazir et de Maleck Assraf dit Doudoul qui aurait également déjà pris la fuite vers la Réunion.

  • Un coup de balai à la PAF

Le remplacement de tous les élèments de la PAF serait actuellement en cours, excepté ceux dont les missions impliquent une technicité spécifique.

Tous les ministères dont des agents travaillent dans ces aéroports internationux, tels celui des finances, des mines, des transports et du tourisme, ainsi que le SEG n’auraient-ils pas dû effectuer conjointement cet audit des procédures. L’objectif est l’établissement d’un ensemble de procédures écrites obligatoires pour enfin essayer de colmater les brèches ? Comme exploiter tous les jours les enregistrements des caméras et s’assurer « qu’ils ne tombent pas en panne » comme par hasard aux moments critiques.

Envoyer des douaniers à Addis Abeba ne semble pas une solution appropriée. Ces douaniers vont-ils rester là-bas ad vitam aeternam ou jusqu’à quand ? C’est une proposition qui dénote l’impuissance du gouvernement et son désarroi. Pourquoi par exemple ne pas effectuer une deuxième fouille des bagages et des passagers avant leur embarquement dans l’avion ?

Certes une étanchéité à 100% est difficile à obtenir, mais il faut essayer de s’en approcher au plus près. Même Carlos Ghosn a pu sortir d’un pays aussi technologiquement avancé que le Japon à bord  d’un avion appartenant à une société malgache (Madagascar était à la UNE des journaux du monde entier ! Merci Carlos Ghosn). Donc, reconnaissons que ce n’est pas facile, mais ce n’est pas une raison d’abdiquer et d’essayer de déplacer le problème ailleurs. Sans aucune garantie que  les résultats seront au rendez-vous !

  • Ranjatoelina récolte les lauriers

Une semaine après le changement de gouvernement, le ministère de la santé a recommandé le remplacement de l’obligation de test PCR à l’arrivée par un test TDR antigénique et le confinement de ceux testés positifs uniquement. Cette décision a été suivie d’une plus grande ouverture de nos frontières.

C’est ainsi que les vols vers Maurice vont reprendre, ce qui réjouit particulièrement l’ambassadeur Camille Vital. Il attribue cette décision au nouveau ministre des transports, puisqu’il a déclaré être très satisfait du remplacement du ministre des transports Tinoka Roberto, même si les deux personnalités viennent toutes deux de Tuléar et sont supposés être dans le même camp politique.

En tout cas, les opérateurs touristiques sont satisfaits de ces nouvelles décisions qui ont coïncidé avec le Tsenaben’ny Fizahantany et l’arrivée du nouveau ministre des transports.

Le ministre cyclope à roulettes en a la gorge sèche, car c’est du temps où il était en charge des transports que toutes ces négociations avec ces compagnies aériennes ont commencé. Et c’est Ranjatoelina qui en récolte les lauriers, à la grande satisfaction de son mentor Norbert Ratsirahonana (Ny Asa Vita no Ifampitsarana, n’est-ce pas ?).

Tinoka en veut toujours  à son encore collègue Joël Randriamandranto qui l’a piégé et ridiculisé avec l’histoire des valises à roulettes, obligeant le Président à le « rétrograder » à son ancien poste. Monter de la 14ème à la 11ème place dans l’ordre protocolaire des membres du gouvernement, mais toujours derrière le ministre du tourisme,  n’est qu’une bien maigre consolation qu’il arrive difficilement à digérer.

La leçon n’a pas été retenue et ce gouvernement ne joue toujours pas en équipe, et c’est chacun pour soi, et la notoriété pour tous.

La Gazette

Lire aussi