La Gazette de la grande ile

Chronique de Razafilahy : Absence totale de civisme

Publié le 19 avril 2022

Les hauts responsables eux-mêmes ignorent sciemment le sens réel de ce sentiment qui exige un dévouement envers la collectivité, l’État, et à la participation régulière à ses activités. Pour ces personnalités qui goûtent de manière abusive aux délices des privilèges étatiques, ces devoirs ne sont que des mots tout juste bons pour se gargariser lors des discours officiels. Devant ce mépris volontaire, il est normal que le petit peuple lui aussi ne respecte pas les gestes et les actes qu’ils doivent observer. On dit que l’exemple vient d’en-haut…Comment voulez-vous demander à la masse de faire preuve ne serait-ce que d’un minimum de civisme comme avoir un comportement humain respectable ? A savoir ne pas se soulager et ne pas uriner sur les trottoirs ou sur la voie publique en plein jour comme de nuit. C’est vraiment faire preuve de personnes mal éduquées sur la vie en société et d’un mépris flagrant que de se comporter de la sorte…

Des individus profèrent des gros mots et des injures en termes injurieux et grossiers concernant le sexe et les pratiques incestueuses scandalisent et choquent les oreilles de ceux qui ont le malheur de les entendre. Non seulement ces actes purement personnels salissent l’environnement urbain,  mais à la longue dégradent le paysage des   quartiers où se   tassent au vu de tous les immondices et les excréments déposés par ces compatriotes qui ignorent volontairement les prescriptions sanitaires. En lisant ces quelques lignes sur ces spectacles dégueulasses qui s’imposent à nos regards, certains lecteurs ont certainement envie. A qui la faute ? Il n’est pas nécessaire de solliciter   Christine   Razanamahasoa, en tant que Présidente de l’Assemblée Nationale de mobiliser une commission d’enquête parlementaire pour trouver le ou les coupables…

Les premiers responsables sont d’abord ces responsables gouvernementaux qui passent leur temps à disserter sur n’importe quoi lors des conseils de ministres alors qu’ils auraient pu  depuis  belle lurette peser sur l’application  des  textes  qui existent  sur l’éducation  citoyenne civique. Pendant la 1ère République juste  après la  déclaration  de l’Indépendance, les enseignants  formés pour  et  bien motivés avaient l’obligation  de ne pas négliger  ce volet patriotique  qui  consiste à inculquer à  tous les  enfants  à partir  de l’Ecole Primaire le sens patriotique qui  comporte la connaissances  des  devoirs civiques : respect des personnes, la politesse, les  notions  de  santé et les pratiques hygiéniques  qui  vont  avec…Qu’on  ne s’étonne donc pas  si à partir d’une période  de relâchement quant aux conditions professionnelles  d’enseignants ( sur le plan de la formation et de la  gestion  des  carrières), on aboutit à la  situation actuelle proche  de l’état sauvage (une prédisposition au  vandalisme et à la  destruction  des choses publiques). Pour rattraper le  retard  catastrophique qui a  conduit le pays à  ce  stade pas  du  tout  honorable, il faut  tout  d’abord  exiger une mentalité de modèle aux dirigeants  qui, à  leur  tour peuvent imposer des  comportements positifs.  Pour ce faire, bannir des fonctionnements des institutions la corruption et l’instrumentalisation des juridictions. Autrement, on aura tous toujours droit au slogan mural « ALIKA NY MAMANY ETO…»

Noël Razafilahy

Lire aussi