La Gazette de la grande ile

Lalatiana Rakotondrazafy : A nommer au ministère de la Population

Publié le 05 mai 2022

Adultère, adepte de partouse arrosée de drogue, querelleuse…Telles sont entre autres, selon une source bien informée, les réputations de la ministre de la Communication et de la culture, Lalatiana Rakotondrazafy. Une ministre qui n’a  aucune retenue ni dignité et dont la réputation est bien fichue. Et ce jusqu’à l’international.

Une fois de plus, elle a mis à terre le semblant de réputation qui lui restait en réagissant négativement au dernier classement de Reporters Sans Frontière (RSF) qui classe Madagascar à la 98ème place sur 180 pays en matière de liberté de presse contre 57ème en 2021, soit une régression de 41 places. Elle vient de confirmer ce que les Malgaches lui ont toujours reproché : c’est une querelleuse. Pour s’en apercevoir, il n’y a qu’à visualiser ou réécouter ses interventions sur les chaînes de radios et de télévisions d’il y a quelques années où elle ne mâche pas ses mots pour critiquer la démocratie, la liberté d’expression et la liberté de presse dans le pays. Mais où en sommes-nous actuellement ? On a régressé de 41 places en seulement un an avec elle à la tête du ministère de la Communication. Elle a même tenté à tort de poursuivre en justice La Gazette de la Grande Ile qui a osé publier sa relation avec son conseiller, le chanteur Sayda, son gigolo. Elle a finalement abandonné l’idée quand elle s’est rendue compte que le quotidien avait les preuves de cette adultère et des tirs que le cocu Andry Andriatongarivo a porté sur le beau gosse Sayda alors qu’il rentrait d’une escapade amoureuse avec la ministre.  Vu que le président de la république semble être incapable de se débarrasser de la peau de banane qu’est Lalatiana Rakotondrazafy, il devrait affecter cette dernière au ministère de la Population, le département des racailles et des incompétents.

 La Gazette

Lire aussi