La Gazette de la grande ile

Prévision inflationniste : Rien d’encourageant en vue

Publié le 06 mai 2022

Les perspectives de la Banque Centrale de Madagascar (BCM) émises récemment n’ont fait que confirmer le fait que le pire est à venir. Celle-ci a annoncé qu’une pression accrue sur l’inflation est à craindre, ce qui s’avère une évidence d’autant plus que le leader bien-aimé a déjà procédé  à une préparation psychologique par rapport au fait que Madagascar ne peut échapper à la hausse du prix des carburants. Autrement dit, vis-à-vis de la prévision inflationniste, rien d’encourageant n’est en vue. Par ailleurs, la BCM précise bien que la guerre entre l’Ukraine et la Russie apporte des contraintes supplémentaires sur la gestion des approvisionnements en matières premières et en d’autres produits provenant de ces pays. Il faut noter que la Russie et l’Ukraine jouent tous deux un rôle stratégique sur le marché international  des matières premières. Ils se classent parmi les premiers exportateurs mondiaux de blé, de maïs, de graines de tournesol… Si le petit timonier s’est déjà chargé de préparer la population face à la hausse prochaine du prix des carburants, Madagascar doit également se préparer à la hausse des prix de l’huile alimentaire avec l’Indonésie qui a annoncé son intension de suspendre ses exportations d’huile de palme. Les précédentes prévisions de l’inflation à Madagascar ont avancé un taux de 6,4% pour fin 2022. Toutefois, compte tenu des récentes hausses des prix des céréales et du carburant sur le marché international, les dernières projections tablent sur un taux d’inflation supérieur à 8% à fin 2022. En mars 2022, le prix des céréales comme le blé tendre ou encore le maïs a flambé de 68,6%, et celui des oléagineux de 70,8 %, par rapport au même mois de l’année précédente, selon l’indice des prix des produits agricoles à la production (IPPAP) permettant de mesurer des prix des produits agricoles à la première mise sur le marché. Le Ministre de l’énergie et des hydrocarbures, Andry Ramaroson avait émis une indication par rapport à la hausse des prix du carburant en précisant que la hausse ne surviendra pas avant le mois de juin. De ce fait, la hausse devrait faire surface au cours dudit mois ou après.

Jean Riana

Lire aussi