La Gazette de la grande ile

Harcèlement sexuel : une directrice limogée par Tinoka

Publié le 10 mai 2022

Comme si toutes les frasques et les abus commis jusqu’ici ne suffisaient pas, voilà que le ministre des Sports montre  qu’il excelle  également dans cette discipline pervers  du  harcèlement sexuel. La semaine dernière, sans  que ses pairs  en  soient conscients, ce membre  du gouvernement fameux pour  « le faux diplôme et l’usage de faux » assorti d’une condamnation judiciaire, a réussi à amener le gouvernement  tout  entier à prendre un  décret d’abrogation concernant une dame directrice dans son  département. Le  seul tort  de  cette dame c’est d’avoir refusé de  se  laisser  faire dans une  sorte  de  viol prémédité à  Toamasina.  L’acte  condamnable s’est déroulé la veille du match  des Barea après un festin bien  arrosé sur ordre du ministre qui s’attendait à abuser d’une femme en  état  d’ivresse très avancée. Elle était encore consciente, lorsque les collaborateurs complices  du ministre ont  tenté de l’amener de  force dans une  chambre  du  restaurant  Calypso. Elle s’est  débattue comme  elle a pu et  a crié au secours.

Devant cet énergique refus et le voisinage qui commençait à jouer les curieux, ses agresseurs n’ont pas pu la retenir, ont battent à la retraite et le projet de débauche programmé n’a pas eu lieu. Le temps est passé et le remaniement partiel de l’an dernier a  aidé la victime à ne pas tenir  compte de la tentative immorale de son  chef… Elle  a continué à servir le ministère jusqu’à ce  que la personnalité concernée revienne à son ancien poste. Sans crier  gare, par dépit d’avoir  raté une occasion pour assouvir son penchant pour le libertinage sur la personne de la collaboratrice, sa première réaction était  de la mettre  dans la première charrette des personnes à limoger. C’est maintenant  chose faite. La sanction injuste prise sur la personne  faisant l’objet  d’un  harcèlement  sexuel  caractérisé, a été prise   depuis le mardi 3 mai dernier par voie de décret pris en  Conseil  de Ministres. La Directrice du Patrimoine et de la Logistique est bel  et  bien limogée. Qu’un pareil  abus d’autorité ait  été accompli par l’ensemble de l’équipe  gouvernementale  qui  ignore tout de la motivation perverse du ministre des Sports, c’est tout  de même un  acte de  gouvernement  déplorable. Qu’on prenne de la  sorte une mesure scandaleusement déplacée  envers une personne  de  sexe féminin pour les motifs que  nous  dénonçons  énergiquement, mérite que l’on comprenne qu’il y  a dans ce pays  des abus inadmissibles.

Noël Razafilahy

Lire aussi