La Gazette de la grande ile

EN BREF

Publié le 11 mai 2022

Filière légumes

Madagascar exporte à Maurice

L’ambassadrice de Maurice à Madagascar, Mme Marie Noëlle Françoise Labelle, a remarqué que le prix des carottes à Antsirabe est relativement bon marché, car dans son pays, ces légumes coûtent 12 000 Ar le kilo. Elle a ainsi exprimé son désir de poursuivre des transactions commerciales sérieuses au profit des deux pays, lors d’une rencontre avec le ministre du Commerce Edgard Razafindravahy à Ambohidahy, le 9 mai. L’île Maurice importe de nombreuses marchandises, qu’il s’agisse de légumes, de viande ou de céréales. Madagascar, en revanche, possède de vastes terres arables et pourrait même devenir un réservoir de l’océan Indien, a déclaré l’ambassadrice. Les producteurs locaux de la Grande Ile seront aidés et le conditionnement des marchandises destinées à l’exportation sera amélioré, indique-t-on.

Na

Commémoration du 13 mai 1972

Chacun sa version

Quelques jours avant la date du 13 mai, les différents présumés acteurs de cet évènement crucial de l’histoire de Madagascar organisent des points de presse et des manifestations publiques afin de transmettre leur version de l’histoire. Pour rappel, le 13 mai 1972, les étudiants d’Antananarivo ont manifesté  pour faire part de leurs revendications dans la rue allant de l’Université d’Ankatso vers l’avenue de l’Indépendance. Les motifs de la lutte étaient l’illégalité dans l’éducation, la mise en valeur de la langue malgache et surtout le respect de la démocratie. Un peu comme le mouvement du 29 mars, tout le monde veut être « acteur » de l’évènement. Chacun parle de sa version de l’histoire comme étant la vérité absolue. A travers diverses manifestations, la date du 13 mai 2022 sera marquée par des évènements, des débats, des expositions de photos, etc… Le but commun de ces acteurs du 13 mai 1972 est de faire connaître l’histoire aux jeunes, mais trop d’avis dispersés sèment la zizanie.

T.B

Sécurisation foncière

Mission d’évaluation de la Banque Mondiale

Des experts de la Banque Mondiale mènent actuellement une mission d’évaluation dans le cadre de la sécurisation foncière à Madagascar.  Une séance de travail avec différentes entités a déjà eu lieu lundi dernier à Ampefiloha afin de suivre de près la réalisation du projet CASEF (Croissance Agricole et de Sécurisation Foncière), lequel prône la sécurisation foncière afin de favoriser les activités productives, notamment les investissements dans le secteur agricole. A travers cette mission, la Grande Ile sera évaluée dans la mise en œuvre d’opérations foncières massives dans une dizaine de régions d’intervention du projet, de redynamisation des guichets fonciers existants et par rapport à l’ouverture de nouveaux guichets fonciers.

MP

Lire aussi