La Gazette de la grande ile

Lutte antiacridienne : L’IFVM, une institution inutile et budgétivore

Publié le 14 mai 2022

Un budget estimé à 6,8 millions de dollars, équivalent à 27 496 514 000 d’ariary, a été débloqué pour le traitement de 400 000 ha dans les zones sensibles avec le soutien de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) dans le cadre de la campagne de lutte antiacridienne. Tous les fonds sont censés être disponibles avant la saison des pluies, c’est-à-dire à mi-octobre 2021, la saison de forte résurgence du criquet migrateur malgache. La campagne est censée démarrer au mois de novembre 2021 jusqu’au mois de mai 2022.  Aucun résultat concret n’a été aperçu, malgré le déblocage d’une grosse somme.

Actuellement, on assiste à la résurgence de l’invasion acridienne. Ce qui fait dire que l’IFVM n’est qu’une institution budgétivore et inutile. Quatre régions ont été ravagées par les criquets, malgré la campagne de lutte contre l’invasion acridienne, rapporte le centre national de lutte antiacridienne de Madagascar ou IFVM (Ivontoerana Famongorana Valala eto Madagascar). Il s’agit de la région Boeny, Menabe, Atsimo Andrefana et Ihorombe. Seulement 125 000 ha de superficies ont été traités contre les criquets, durant la lutte antiacridienne qui a débuté au mois de septembre.  2 000ha sont traités quotidiennement, d’après l’IFVM. Face à l’invasion acridienne, le ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, Harifidy Ramilison trouve comme excuse la rupture de l’approvisionnement en pesticide, engendrant ainsi le développement des criquets. Malgré le déblocage de budget conséquent, les dirigeants n’ont pu traiter qu’un quart de la surface cultivable.

Na

Lire aussi