La Gazette de la grande ile

Criquet migrateur : En pleine effervescence dans l’ouest

Publié le 17 mai 2022

Le leader bien-aimé vient récemment de parler de l’autosuffisance alimentaire à l’occasion de l’inauguration d’un nouveau laboratoire au Centre national de recherche appliquée au développement rural à Ambatobe, le 11 mai dernier. Pourtant, le problème de l’invasion acridienne est au cœur du secteur agricole à l’heure actuelle dans la partie ouest de l’île, notamment dans la localité de Boeny et Menabe. En effet, les appels au secours face aux essaims de criquets se multiplient dans l’ouest du pays en raison de l’impuissance des autorités vis-à-vis de la lutte. Le secteur agricole en souffre d’où la raison de l’émergence des appels à l’aide des agriculteurs qui espèrent une prise de responsabilité des autorités dans les plus brefs délais. Si l’Etat ne peut même pas maîtriser la lutte contre l’invasion acridienne, comment peut-on espérer atteindre un jour l’autosuffisance alimentaire. Et dire qu’au mois de février, les acteurs de la lutte antiacridienne ont émis des propos du genre « il y a peu de chance que l’invasion acridienne se produise cette année ». Le Ministère de l’Agriculture et de l’élevage est même allé jusqu’à dire que la lutte est maîtrisée. Comme quoi il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Le Centre national anti-acridienne (IFVM) a affirmé avoir traité 125 000 ha de superficie entre septembre et avril 2022. Comme on est en présence d’une effervescence des essaims de criquets dans l’ouest, on ne peut pas dire que la lutte soit réellement efficace. Il est à noter que même dans la capitale, on constate quelques criquets voler en petit nombre, ce qui ne présage rien de bon pour l’agriculture.

Jean Riana

Lire aussi