La Gazette de la grande ile

Prix plancher de la vanille verte : Les paysans forcés d’accepter

Publié le 19 mai 2022

L’Etat a proposé un prix plancher assez bas avec 75 000 ariary le kilo de la vanille verte. Les paysans ne sont pas du tout contents par rapport à ce prix, mais ils n’ont d’autre choix que d’accepter et de s’en tenir au risque de ne pouvoir faire aucune vente. A l’exemple de ce qui s’est passé dans la commune rurale d’Ambalahonko, district d’Ambanja où aucune vente de vanille verte n’a été conclue à l’ouverture officielle de la campagne de commercialisation du produit, lundi dernier. A noter que les paysans ont proposé leur produit à 160 000 ariary, ce qui a fait fuir immédiatement les acheteurs sans même prendre la peine de négocier. Face à cela, les paysans n’ont d’autre choix que de se fixer au prix plancher proposé par l’Etat au risque de voir leur produit pourrir sur place. Les planteurs ont conscience de la valeur de leur produit, c’est pourquoi ils s’éloignent du prix plancher proposé, dans l’espoir d’avoir des propositions acceptables. Le problème est que les acheteurs se montrent solidaires, contrairement aux paysans. Ils prennent immédiatement la fuite à l’annonce d’un prix élevé. Le pire est que les acheteurs en arrivent même à attendre que le prix descende sous les 75 000 ariary proposés par l’Etat et confirmé en Conseil des Ministres, la semaine dernière. Et dire que Madagascar est classé numéro un mondial en matière de qualité de la vanille. En effet, la renommée de la Grande Ile n’est plus à faire dans cette filière. Pourtant, les dirigeants, au lieu de faire en sorte de la valoriser, font le contraire avec un prix plancher minime. Avec la situation actuelle, la vanille verte va finir par se comparer aux haricots verts avec sa valeur qui n’arrive plus à augmenter.

Jean Riana

Lire aussi