La Gazette de la grande ile

Médiature de la République : Me Lala Ratsirahonana en mauvaise posture

Publié le 19 mai 2022

A travers une cérémonie organisée le 21 mai 2021 à Isoraka, Me Lala Ratsirahonana a pris officiellement sa fonction en tant que médiateur de la République malgache pour un mandat de six ans. Jusqu’à présent, aucune trace ne permet au citoyen de savoir l’existence même d’une telle institution. Avocat et ancien député de Madagascar, Me Lala Ratsirahonana ne fait presque rien à sa tête. Il n’a même pas présenté ses rapports d’activités au cours de sa première année de service, ce qui est pourtant la règle, chaque année pour les autres institutions telles que le Comité pour la Sauvegarde de l’Intégrité (CSI), le Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM)… Une situation qui témoigne de la défaillance de la médiature de la République, laquelle est dotée de budget annuel par les lois de Finances. Soucieux de ce dysfonctionnement flagrant, il décide enfin de se mobiliser, juste pour faire croire aux citoyens qu’il travaille.

Le bureau central de la médiature a effectué ces derniers temps des tournées à travers toute l’île pour affirmer son existence. A cette occasion, son équipe a procédé à des campagnes de vulgarisation portant sur le fondement de sa mise en place, les missions qui lui sont dévolues… Elle procèdera ce jour à l’installation du premier bureau régional dans le Menabe. Un pur gaspillage financier tendant à imiter la Haute Cour Constitutionnelle (HCC), qui elle aussi, a récemment effectué cette même démarche inutile.

Suivant l’ordonnance n° 92-012 du 29 avril 1992 portant sa création, l’institution du Médiateur est chargée de traiter les réclamations des usagers du service public contre le mauvais fonctionnement de l’Administration. Elle veille aussi au respect des droits de l’Homme et à l’observation des principes de bonne gouvernance dans la gestion des affaires publiques. Enfin, elle assure la promotion et la protection des droits des citoyens. Des missions qui sont loin d’être accomplies si l’on tient compte du contexte actuel et sûrement, ce ne sera pas Me Lala Ratsirahonana qui va redorer l’image de cette institution.

Mampionona

Lire aussi