La Gazette de la grande ile

Si difficiles que soient les choix

Publié le 21 mai 2022

« Gouverner, c’est choisir, ce n’est pas uniquement attendre les « Merci Prezida »

Coopération japonaise exemplaire

Le 10 mai dernier, le Président a procédé au lancement des travaux pour la reconstruction des 2 ponts d’Antsapazana et de Mangoro, de façon à ce que les voitures puissent circuler concomitamment dans les deux sens.

Voilà un exemple de projet prioritaire ! Il a été signé lors du Ticad7 le 30 août 2019. Dommage que les travaux ne débutent que maintenant, même s’il y a des chances que le Leader bien Aimé puisse l’inaugurer avant la fin de son mandat. Pour une fois, ce ne sera pas un projet signé ou négocié par son prédécesseur. Personne ne pourra pas cette fois le blâmer ou en rire si le Petit Timonier dira fièrement que cela n’a jamais été fait depuis 60 ans.

La coopération bilatérale avec le Japon a toujours été exemplaire, et les projets financés dans le cadre de cette coopération, comme le projet Papriz ou l’extension du port de Toamasina, ont tous répondu aux priorités malagasy.

Contrairement au projet téléphérique qui ne profite qu’aux compagnies françaises et dont l’exploitation sera déficitaire et nécessitera des subventions qui pèseront lourdement sur les budgets futurs, profitant de la naïveté et de la cécité persistante du Président sucrée du peuple. Ce sera pourtant un futur Jirama ou un futur Airmad qui pend au nez du Trésor Public !

S.E.M. Toru Hagiwara était le premier ambassadeur japonais  et il avait présenté ses lettres de créances au président Tsiranana en janvier 1962. 60 ans de relations diplomatiques entre les deux pays, presque l’âge de l’Empereur du Japon, né quelques mois avant l’Indépendance de Madagascar.

Afin de marquer ce 60ème anniversaire, l’ambassadeur S.E.M. Higuchi Yoshihiro a mis en dépôt dans la pépinière municipale d’Antanimena quelques dizaines de plantules de cerisier du Japon, prélevées dans le jardin de la résidence de l’Ambassadeur.

En espérant qu’elles n’y seront pas oubliées, comme le gouvernement malagasy a oublié l’importance des relations avec le Japon en négligeant la nomination d’un ambassadeur depuis 3 ans, S.E.Mme l’ambassadrice Mireille Rakotomalala ayant été rappelée en septembre 2019, juste après la tenue de TICAD 7 !

N’est-il pas grand temps que Mamimbahoaka répare cet oubli et injustice, et nomme enfin un ambassadeur malagasy au Japon ?

Le temps c’est de l’argent

Oui, “Time is money” comme l’a écrit en 1748 Benjamin Franklin, créant pour la première fois un lien fondamental entre le temps et l’argent.

Le cas du barrage de Sahofika le montre clairement.

Selon un rapport de la BAD, quand les centrales Jirama fonctionnent correctement (y compris Andekaleka) le coût moyen de production de la Jirama est de 26 centimes d’euros par KWH. Le prix moyen facturé aux usagers est de 14 centimes d’euros nécessitant 12 centimes d’euros par KWH de subvention. Si le prix d’achat du KWH d’électricté Sahofika est de 7 centimes d’euros, le manque à gagner de la Jirama serait de 19 centimes d’euros par KWH. Comme la production de Sahofika est de 1700 millions KWH, ce manque à gagner s’élèverait à 323 millions par an.

En retardant de 3 ans la signature du barrage Sahofika, le manque à gagner atteint pratiquement 1 milliard euros, le coût de cette tergiversation.

Gagner 1 centime par KWH sur le prix à payer à Sahofika ne ferait gagner que 17 millions d’euros par an ! La conclusion n’est-elle pas évidente !

Quant au projet Volobe dont la production annuelle est de 700 millions KWH, il n’a toujours pas été signé . Le lecteur fera lui-même le même calcul d’où il conclura sans doute que faire traîner les négociations pour quelques cents n’est pas la meilleure décision . “Tsy mahaleo ny sarany ny vidiny” (Le jeu ne vaut pas la chandelle). Il est vrai que Mamimbahoaka a montré à plusieurs reprises qu’il n’est pas très fort en calcul, mais ce serait tout de même insultant pour le gouvernement de penser qu’aucun ministre n’est capable de faire un calcul aussi simple, en particulier Goly ! Il est vrai que ce raisonnement n’est pas à la portée du premier venu.

Un autre exemple tiré da la lettre d’intention au FMI : le retard pris à la mise en place de certaines réformes a coûté à Madagascar des millions de dollars d’aides budgétaires non débloquées.

Oui, le temps c’est de l’argent.

On pensait que TGV le savait et le début de son mandat, où la constitution du gouvernement n’a pris qu’une semaine, était prometteur. Hélas, il a fallu très vite déchanter et constater que de très nombreux postes importants ne sont toujours pas pourvus actuellement. L’ARAI a eu plus de chances, grâce à la pression des partenaires techniques et financiers, et il «n’a fallu que 4 mois » au Leader bien Aimé pour nommer son DG.

Aucun sens des priorités

En fait, il paraît clair que le timonnier n’a aucun sens des priorités, ni les pieds sur terre. Pour exemple, cette décision du dernier conseil des ministres de faire construire un stade couvert de 4 000 places à Mahajanga.

Les communautés villageoises riveraines de QMM continuaient à manifester, à cause de la pollution par QMM des rivières environnantes dont elles vivent, et ont pris en otage jeudi dernier une trentaine de membres des forces de l’ordre, et TGV n’y est même toujours pas allé. Lorsqu’il y était allé pour le projet Nutrisud de l’association de sa femme, il n’a même pas voulu prendre le temps de rencontrer ces communatés villageoises. Il s’est contenté d’y envoyer le ministre de l’Eau. Quel mépris pour la population de la région Anosy !

N’a-t-il pas déjà dirigé, il y a un an, le colloque pour «l’Emergence du Sud» avec ses 13 résolutions (oui, vous avez bien lu, encore 13 résolutions) ?

Pour quels résultats ? Des gens qui peinent à survivre et n’ont d’autre choix que manifester pour demander réparation à QMM. Et l’Etat n’est même pas derrière cette population pour faire face au chantage de cette mastodonte QMM ! Comme d’habitude, des « meneurs » vont sans doute être arrêtés !

Et là, rebelote ! Un autre colloque ? Il va dépenser plus de 724 millions ariary pour sa conférence nationale pour l’auto-suffisance alimentaire ? Ridicule ! Hors sujet, diraient les correcteurs d’épreuves d’examens!

Système anti-corruption pleinement opérationnel

Toute une partie de la lettre d’intentions est intitulé « Renforcer la gestion des finances publiques et la gouvernance économique » et parle surtout de l’opérationnalisation de tout le système anti-corruption (SAC). https://www.transfernow.net/dl/20220519AOgQYfHk/TuC0qwRg

Le FMI demande à ce qu’il y ait la transparence des marchés publics, notamment par l’identification des propriétaires effectifs des entreprises ou autres personnes morales attributaires des marchés publics. Normal, diriez-vous ? Il semblerait que ce soit compliqué pour le Ministère des Finances, car la Loi en vigueur n’exigerait pas la collecte de ces informations. Espérons qu’une modification de la Loi, ou tout au moins les modalités d’application exigeront désormais ces informations ! A croire que c’est fait exprès pour faciliter la corruption !

Il semblerait que le SAC (système Anti Corruption) commence à enquêter sur 3 concessionnaires automobiles. Il était temps ! Les secteurs tabac et alcool mériteraient également des investigations approfondies.

Le FMI exige aussi que la Loi contre le blanchiment et le financement du terrorisme comporte un article protégeant les informateurs et les lanceurs d’alerte. L’Etat ne pourra plus alors poursuivre des personnes comme l’ex-agent du ministère de la santé Ravo Rasoamanana, et cela doit ennuyer plus d’un !

On est impatient de voir la suite de cette revue de la FEC par le FMI.

Et on espère que le gouvernement nous parle cette fois de leur lettre d’intentions. Car la redevabilité exige qu’on fait ce qu’on dit, et qu’on dit ce qu’on fait. C’est choisir et prendre des décisions, même si elles peuvent paraître impopulaires sur le moment, et non décider en fonction de l’émotion du jour. C’est hélas tout le contraire du comportement de Mamimbahoaka ! Y a-t-il des chances qu’il change d’ici la fin de son mandat ?

La Gazette

Lire aussi