La Gazette de la grande ile

Sortir de la pauvreté : Impossible sans volonté politique

Publié le 21 mai 2022

Madagascar rêve de sortir de la pauvreté depuis fort bien longtemps, mais cela s’avère impossible sans volonté politique à la clé. Et oui, la population malgache est condamnée à vivre dans la pauvreté sans une quelconque amélioration de gouvernance politique qui s’ensuit. Cela fait maintenant plus de 60 ans que Madagascar envisage d’aller vers le développement, mais n’arrive à faire aucun pas dans ce sens en raison de la mauvaise gouvernance qui y prévaut. Tous les dirigeants qui sont passés au pouvoir ont été incapables d’instaurer une gouvernance politique qui pourrait permettre à la Grande Ile de sortir de la pauvreté. La preuve est que les dirigeants, au lieu de faire en sorte d’éliminer la corruption, la perpétue de sorte que le fléau ne cesse de gagner du terrain à Madagascar faisant en sorte que la pauvreté s’y est installée de manière durable. En effet, la Grande Ile est en proie à une corruption systématique, avec un Etat de droit faible. En plus de cela, la démocratie y est en recul considérable. D’autant plus que Madagascar a perdu 41 places en matière de liberté de presse par rapport au classement de Reporters sans frontières (RSF) se classant 98ème sur 180 pays en 2022 contre 57ème sur 180 pays en 2021. Il faut noter que la liberté d’expression repose sur la base de tous les autres droits. Si la liberté d’expression est en recul dans le pays, on peut dire qu’il n’y a pas d’Etat de droit qui tienne dans le pays. Le régime actuel depuis ses débuts a émis une volonté à vouloir renforcer la lutte contre la corruption avec comme slogan « Corruption : tolérance zéro ». Hélas, cela ne s’est avéré n’être qu’un effet d’annonce comme ce régime a pour habitude de faire avec ses promesses à profusion. Et dire que le travail décent figure dans le Velirano de ce régime alors que la population peine à trouver un travail qui peut leur permettre de survivre. Le secteur privé montre une certaine volonté à vouloir initier le développement avec la tenue de forums économiques, foires et autres, mais sans l’appui de l’Etat c’est peine perdue.

Jean Riana

Lire aussi