La Gazette de la grande ile

LMA – Guerre intestine

Publié le 23 mai 2022

Le proviseur risque d’être renversé

Le Lycée Moderne d’Ampefiloha (LMA) est actuellement au cœur d’une guerre intestine. Le proviseur du lycée force les parents d’élèves à élire un nouveau bureau FRAM (composé de parents d’élèves dont parmi les objectifs est la gestion financière des fonds de l’établissement). « Le 12 février dernier, le proviseur a déjà forcé une première élection d’un nouveau bureau FRAM. Ce qui est tout à fait illégitime sachant que le mandat de l’actuel bureau n’expire qu’en 2023 », raconte Lovanirina Razafindrahaja, membre du bureau du FRAM. Les résultats ont été naturellement rejetés par l’actuel bureau qui refuse de procéder à la passation de pouvoir.

Samedi encore, le proviseur du LMA, Mamisoa Andrianjafy, a convoqué les parents d’élèves pour une assemblée générale dont l’objet est le vote d’un nouveau bureau FRAM au sein de l’établissement. « Il s’agit plutôt d’un référendum pendant lequel les parents ont dû voter pour ou contre la composition du nouveau bureau. Le proviseur affirme que si les parents d’élèves ne votent pas pour, le salaire des maîtres FRAM ne seront pas payés », poursuit Lovanirina Razafindrahaja. A ce sujet, les maîtres FRAM n’ont pas encore perçu leur salaire depuis le mois de mars. « La raison à cela est que le proviseur a fermé le compte de l’établissement », souligne un autre membre du bureau FRAM.

Face à cette guerre intestine, le secrétaire général du ministère de l’Education nationale a été dépêché pour apporter une solution, mais une fois au téléphone avec le directeur régional de l’éducation nationale Analamanga, Mbolameva Nomenarivony, ce dernier a clairement affirmé ne pas apprécier les membres de l’actuel bureau FRAM et que le « nouveau » bureau devrait prendre ses fonctions. Certains parents d’élèves menacent de renverser le proviseur si ce dernier continue d’imposer ses règles.

Dans cette affaire, les élèves sont pris en otage. « Le proviseur s’invite dans les salles de classe et donne consigne à ce que leurs parents votent pour la nouvelle composition du bureau FRAM. Autrement, les examens des classes de terminale (prévu ce jour) n’auront pas lieu. Il menace même la suppression des classes d’examen », selon Lovanirina Razafindrahaja. Ces propos ont été confirmés par d’autres parents d’élèves qui regrettent ne pas avoir le choix, vu les menaces qui pèsent sur l’avenir de leurs enfants.

Annie N.

Lire aussi