La Gazette de la grande ile

EN BREF

Publié le 24 mai 2022

Vie politique

Faible taux de participation des femmes

Le taux de représentation des femmes dans la vie politique à Madagascar reste faible. Selon les statistiques de 202, l’on constate 17% à l’Assemblée nationale, 11% au Sénat, 37% au Gouvernement, 9% pour les Gouverneurs, 5% pour les maires et 7% pour les Conseillers communaux et municipaux. Le projet de loi portant sur la participation des femmes aux postes décisionnels a été adopté hier par les Députés.  Cette loi garantira la parité au niveau des postes nominatifs, indique-t-on.

Na

Lutte contre l’inondation

Pierre Houlder vend du vent

Pierre Houlder Ramaholimasy, ministre de l’Aménagement du territoire et des services fonciers, fait rêver dans son discours à l’occasion de l’inauguration des travaux de rénovation du centre de santé de base niveau 2 à Volosarika, hier. « Les canaux d’évacuation des eaux pluviales et usées seront curés. Les déchets et les boues y seront retirés et déplacés ailleurs. Les constructions qui obstruent l’évacuation seront démolies. Les ménages à déplacer seront indemnisés. Un nouveau quartier sera érigé à Andavamamba. Avec tous ces efforts, les problèmes d’inondation ne seront plus d’actualité », affirme-t-il. Quelle bonne blague ! En tout cas, le ministre annonce le curage du canal C3, celui d’Andriantany et des digues.

C.R.

Secteur minier

Saboté par l’Etat

C’est un manque à gagner de plusieurs millions de dollar que subit l’économie du pays à cause de la suspension des activités minières. D’après la fédération des opérateurs miniers, pour le mois de mai, Madagascar aurait déjà dû importé une tonne de Saphir, une tonne de rubis et 30.000 tonnes de chrome. Ce qui représente déjà plusieurs millions de dollars de perte. Pour cause, l’Etat n’applique pas le code minier existant pour régulariser les activités minières et attend la reforme d’une nouvelle loi. En attendant, le secteur reste en suspens. Pourtant, on oblige les opérateurs à régulariser leur statut sans leur laissé exploité. D’ailleurs, la révision de la loi sur l’exploitation minière devrait être faite avec la concertation de toutes les parties prenantes et pas seulement les politiciens qui ne maitrisent même pas le secteur.

T.B

Lire aussi