La Gazette de la grande ile

QMM

Publié le 24 mai 2022

Pour l’Etat, les poissons se sont suicidés

L’empoisonnement de l’eau à cause du déversement des eaux usées de l’entreprise QMM Rio Tinto à Taolagnaro a créé la polémique depuis quelques semaines. Le week-end dernier, une délégation composée de plusieurs ministres est allée sur place, pour trouver une solution à l’altercation entre la population locale et l’entreprise. Rappelons que dans l’échauffourée, des militaires ont été pris en otage par la population. Des soi-disant discussions ont été menées entre ces ministres incapables, les responsables de QMM et la population. Apparemment, le problème est résolu.

Après la découverte de plusieurs milliers de cadavres de poissons flottant dans l’eau et l’apparition de maladie dermatologique sur les gens qui sont entrés en contact avec cette même eau, des échantillons ont été prélevés pour analyse il y a plusieurs semaines, mais les résultats ne sont toujours pas obtenus. Pourtant, lors de la réunion du week-end, les protagonistes ont décidé d’un commun accord que l’eau était de nouveau accessible à la pêche et à d’autres utilisations. Même si tout le monde est d’accord que le problème vient de l’eau, ils ont décidé de rouvrir la pêche sans même attendre les résultats des analyses. Pire, la résolution a été écrite sur une feuille de papier A4 avec un stylo sans aucun cachet officiel. Pour une réunion impliquant six ministres et des hauts responsables d’une entreprise d’envergure internationale, la résolution a été officialisée sur une feuille de brouillon. C’est encore une fois la preuve que ce gouvernement est composé d’incapables. Lequel d’entre eux a décidé que l’eau était de nouveau exploitable ? L’ont-ils purifiée à l’aide d’une prière ou d’un rituel magique ? Même QMM a déjà admis que l’eau était polluée, mais comme par magie, ils ont décidé de rouvrir l’exploitation sans même attendre les résultats d’analyse. Pour l’Etat, ces poissons sont morts par la suite d’un suicide collectif et non par empoisonnement.

Cette histoire est parfumée de corruption de très haut niveau. Encore une fois, l’Etat se plie face à un géant multinational après une simple discussion. Une journée de discussion suffit pour oublier l’empoisonnement d’une source de nourriture pour des millions de population et qui a déjà rendu malades des gens innocents. On rapporte même des morts, mais il n’y a eu aucune autopsie pour valider l’empoisonnement. Face à cela, l’Etat se plie. L’Etat se plie, parce que quelqu’un a été payé. A travers ce brouillon qui sert de procès-verbal de la réunion, ces ministres prouvent qu’eux aussi ne sont que des brouillons.

T.B

Lire aussi