La Gazette de la grande ile

Vol d’yeux

Publié le 25 mai 2022

Nécessité d’un système pénal efficace

Le vol d’yeux gagne du terrain dans différentes localités du pays. Albinos ou non, les enfants sont les principales cibles des bandits. Pas plus tard que lundi dernier, un garçon âgé de six ans en a été victime dans le district de Manja, de la région de Menabe. Il a été évacué à l’hôpital de Toliara pour recevoir les soins adéquats. Selon les informations reçues, son état de santé n’est plus à craindre. Face à une telle situation alarmante, les autorités étatiques concernées affichent leur désintéressement total à la lutte contre ce fléau. Certes, la loi en vigueur punit les auteurs d’une telle crime à des peines plus sévères, mais l’issue de la poursuite pénale à leur encontre n’est pas souvent rassurante. La libération systématique des suspects dans le cadre des procédures inquiète les familles et proches des victimes. Compte tenu de cette perte de confiance envers les forces de l’ordre, les cas de vindicte populaire s’avèrent inévitables. C’était notamment le cas à Toliara II, la semaine dernière où une foule enragée a brûlé un suspect de ce genre de vol.

Les différents ministères tels que celui de la Justice, devraient tout faire pour éradiquer le vol d’yeux à Madagascar, un crime contre l’humanité. En ce sens, l’application d’un système pénal plus efficace figure parmi les solutions suggérées par certains juristes et observateurs politiques. La peine de travail forcé à perpétuité devrait être prononcée à l’encontre de tout voleur d’organes. Afflictive et infamante, elle servira de leçon aux malfaiteurs. Etant donné que le Parlement est en pleine session ordinaire, les députés auront intérêt à demander à l’Exécutif le renforcement de la lutte à travers les séances de questions réponses. A préciser que la paire d’yeux volée est vendue à 5 000 dollars américains, soit l’équivalent de 19 500 000 ariary. Ils sont utilisés dans le cadre d’une transplantation. Les éléments de la force d’intervention de la police (FIP) à Maintirano ont arrêté deux suspects. En principe, leur enquête approfondie devrait permettre aux autorités d’avoir des pistes sur les principaux cerveaux de ce trafic d’organe touchant les enfants malgaches. Jusqu’à présent, aucune explication satisfaisante n’a été communiquée.

Mampionona

Lire aussi