La Gazette de la grande ile

Manque de rigueur et de professionnalisme : La Présidence peut mieux faire

Publié le 28 mai 2022

Le site internet de la présidence

Le non-professionnalisme de la présidence peut transparaître en parcourant son site internet officiel (https://presidence.gov.mg/ ). Si la rubrique « L’équipe du Président » a enfin été mise à jour, lorsqu’on va sur la rubrique « Actualités », puis «Conseil des ministres », on tombe sur les comptes-rendus des différents conseils des ministres. Certains sont en malagasy, d’autres en français. Sur celui du 11 mai 2022 par exemple, c’est la version en malagasy qui apparaît. Mais il y a un lien permettant de télécharger la version française. Ce n’est par exemple pas le cas du dernier conseil des ministres du 25 mai 2022. Pour accéder à la version française, il faut aller sur le site facebook de la présidence  (https://www.facebook.com/compresidencemadagascar ). Cette inconstance ne serait-elle que la manifestation de la versatilité ? En tout cas, ce n’est pas très professionnel, vu sous l’angle « communication ».

Pire, et la Gazette l’avait déjà relevé, dans le compte-rendu en malagasy du conseil des ministres du 20 avril 2022, tout le paragraphe ci-dessous a purement et simplement disparu.

Les échanges ont porté sur de nombreux sujets tels que la corruption, le vaccin, la gouvernance, le changement climatique, les investissements, etc. Il est toutefois à noter que nous sommes victimes d’une «mauvaise campagne » par certains groupes ou personnes, auprès de ces institutions, et qu’il était primordiale de rétablir la vérité et d’apporter une version autre, reflétant les réalités à Madagascar. Le Président de par son leadership a su convaincre et rassurer les partenaires lors de ce déplacement en présentant les chantiers et les stratégies déployés sous son mandat en vue d’atteindre l’émergence du pays.

Il s’agit de plusieurs phrases, donc cela ne peut être dû à un simple oubli. On aimerait bien que les responsables s’en expliquent et surtout rectifient ce qui doivent l’être, pour les archives de la République.

Certaines communications manquent de précision comme celle-ci-dessous :

MINISTERE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

Approbation de l’accueil des Championnats d’Afrique de moins de 18 ans garçons et filles « U18 Men and Women 2022 » et le paiement des droits d’attribution.

On se demande bien de quel sport il s’agit !

Mamimbahoaka devrait recruter de vrais professionnels, car le premier contact via le site web de la présidence donne déjà une image de manque de rigueur des Malagasy, du « vita gasy » que les produits malagasy ont du mal à faire oublier. Déjà, l’étiquette du « moramora » continue à nous coller à la peau, malgré le TGV !

Gestion des fonds Covid

La ministre des finances a été longue à la détente. Il lui a fallu près de 4 mois avant qu’elle ne propose un plan d’action de mise en œuvre, dans le court et moyen terme, des recommandations de la cour des comptes quant aux flux financiers, les marchés publics, les mesures organisationnelles et d’urgence sociale. Plan d’action adopté par le dernier conseil des ministres.

En revanche, rien sur les actions judiciaires contre les responsables de détournement de deniers publics ou de corruption, sous entendus dans ces rapports.

Comme au Gabon, on attend maintenant la publication de la liste des noms des vrais propriétaires des attributaires de marchés publics de ces fonds covid, ainsi que les rapports d’audit du cabinet indépendant. Cela ne saurait tarder car la mission du FMI se termine le 2 juin prochain.

Conférences nationales

Les lettres-instructions ainsi que les conférences nationales sont les nouvelles trouvailles de Mamimbahoaka pour endormir la population. Après les lettres-instructions du 11 et du 18 mai 2022, une autre datée du 25 juin vient d’être adressée aux ministres, dont l’objet est la lutte contre la corruption et le foncier https://www.presidence.gov.mg/actualites/communiques/1589-fanamafisana-ny-ady-amin-ny-kolikoly-sy-ny-fiarovana-ny-fananan-tany.html . 3 lettres en 15 jours !

Elle insiste notamment sur l’importance des guichets fonciers qui ne sont actuellement qu’au nombre de 561 et dont il faudrait augmenter rapidement le nombre.

Rappelons d’abord que la mise en place de nouveaux guichets fonciers a été presque mise en veilleuse depuis 2009 faute de financement, car les bailleurs de fonds, dont le Millenium Challenge Corporation, avaient retiré leur appui du fait du coup d’Etat de 2009.

Par ailleurs, Mamimbahoaka se contredit car il a promulgué fin 2021 la loi 2021-016 qui amènera plutôt la disparition à terme des guichets fonciers. Sous la pression de la Banque Mondiale qui a menacé d’arrêter le projet CASEF, Rajoelina a dû se résoudre à revoir cette loi dont le parlement attend toujours les nouveaux amendements.

Cette dernière lettre annonce également la tenue les 8, 9 et 10 juin prochains d’une conférence nationale sur le foncier. Contrairement à l’autre conférence nationale sur l’autosuffisance alimentaire, elle n’a pas été adoptée en conseil des ministres et on ne sait pas quels ministères sont chargés de son organisation. Peut-être Rajoelina était pressé de partir pour Dubaï,  voyage annoncé dans le compte rendu du conseil des ministres. On n’a pas besoin d’attendre la tenue d’une conférence nationale pour mettre en place d’autres guichets fonciers. On sait déjà ce qu’il faut faire, pour autant qu’on dispose du budget pour le faire. Espérons que la LFR le prévoit et que les fonctionnaires des services fonciers ne mettent de nouveau  les bâtons dans les roues, car ils perdent leur monopole et une partie de leur bifteck.

Après avoir présidé le Conseil des Ministres, le Président de la République a mis le cap sur les Emirats Arabes Unis pour une visite d’Etat de quelques jours. En effet, le Chef de l’Etat est l’invité d’honneur de la Conférence et exposition sur les technologies de l’économie numérique. Mise à part les rencontres officielles avec les autorités locales, plusieurs rencontres avec des grands investisseurs économiques figurent aussi dans le programme de cette visite.

Le dernier paragraphe de cette lettre parle de la nécessité de renforcer la lutte contre la corruption, notamment au sein des ministères de la justice et des services fonciers.

Acta non verba

Ces lettres et conférences décidées à la hâte ne sont pas le fait du hasard, elles sont dictées par l’urgence du moment de décrocher la 3ème tranche de la FEC, dont la revue est en cours. Sera-ce suffisant pour le FMI ? Pour être crédible, le gouvernement devrait agir et prendre des mesures concrètes autres que ces conférences nationales. Par exemple,

Quand donnera-t-il des suites judiciaires à  l’affaire SMMC/Rinah ?

Quand le DG de la Cnaps réintègrera-t-il la prison, ainsi que les «prisonniers évadés » dont avait parlé le pole anti corruption ?

Quand dénouera-t-il les litiges fonciers Telma/Antanandrano, Salim Ismaïl contre des paysans de Mampikony/Port-Bergé et Bobasakoa ? Rappelons qu’actuellement, de peur d’être arrêtées par les forces de l’ordre qui semblent aux ordres du Karana, les populations de 10 fokontany de Mampikony se cachent dans la forêt alors que Rajoelina leur avait promis, lors de la campagne électorale présidentielle, de régler à leur profit le litige foncier les opposant à ce Karana.

Pour une fois, que Mamimbahoaka fasse sien le slogan d’un de ses prédécesseurs “ASA FA TSY KABARY”.

La Gazette

Lire aussi