La Gazette de la grande ile

Guerre en Ukraine : risque de faim mondiale

Publié le 28 mai 2022

La guerre de la Russie en Ukraine continue et est en train d’affamer de nombreux pays du Monde ? La Russie a lancé son « opération militaire » en Ukraine le jeudi 24 février. Monsieur Poutine avance doucement mais sûrement sur son plan d’annexion de l’Ukraine, mais le monde est dans une position délicate due à cette guerre sans fin et à la  stratégie géopolitique conflictuelle de l’Occident et de l’Orient.  Cette guerre est en train d’entraîner une grande partie de l’humanité au bord d’une crise qui pourrait pousser des centaines de millions de personnes vers la famine. Une crise qui pourrait bouleverser les gouvernements, bouleverser les marchés mondiaux et secouer des millions de ménages du monde et ceux des pays de l’Afrique et Madagascar en particulier.

La pandémie a entraîné des perturbations des chaînes d’approvisionnement alimentaire, augmentant les coûts pour tout le monde. Les sécheresses et les inondations liées au changement climatique ont entravé les récoltes dans le monde entier.  L’Ukraine et la Russie sont d’énormes exportateurs de produits alimentaires, et la guerre de la Russie avec l’Ukraine a tout aggravé ; elle a laissé les approvisionnements alimentaires mondiaux rares et les prix exorbitants. Certains pays ont réagi à la tourmente en imposant des interdictions d’exportation sur certains produits afin de maintenir les prix bas chez eux, perturbant davantage le réseau alimentaire mondial.

Aujourd’hui, beaucoup de pays font face à la menace de la faim. La hausse des prix continue d’alimenter la crise de la pénurie alimentaire. Maintenant la Russie se dit prête à aider à établir des couloirs d’exportation de produits alimentaires négociés par l’Organisation des Nations Unies à partir des ports ukrainiens, mais en échange, Moscou veut que les États-Unis et l’UE lèvent les sanctions qu’ils ont imposées à la Russie suite à l’invasion de l’Ukraine par Vladimir Poutine. Quelle sera la réponse de l’Ouest ?…. Wait and See.

A Madagascar, la hausse des prix est là.  Est-ce que le gouvernement de Christian Ntsay a une stratégie claire pour protéger la majorité des Malagasy contre cette hausse généralisée de prix alors qu’une partie non négligeable de nos besoins alimentaires est importée ? Peut–il vraiment lutter contre cette hausse généralisée des prix ? Heureusement que les programmes de filets de sécurité des partenaires de développement étaient encore là pour amortir le choc. Mais on sait que notre déficit budgétaire de 6,5% du PIB en 2021 continuerait de se creuser pour cette année fiscale 2022 et que notre dette publique rapportée au PIB a toujours augmenté depuis 2020 et la tendance s’accentue. On mesure le défi auquel le Gouvernement est confronté avec la mission de suivi du FMI. La majorité souhaite d’actions concrètes et réelles pour lutter contre l’inflation mais pas du simple rhétorique à la fin de la mission !

On ne peut que souhaiter au Gouvernement de Monsieur Christian Ntsay bonne chance  dans ce combat. Les risques à venir sont bien réels car la hausse généralisée des prix des biens et services va longuement impacter le niveau de vie de la majorité des Malagasy et se traduire par une augmentation de Malagasy pauvres en plus des 75% de la population en situation de pauvreté actuelle, malgré toutes les promesses de développement. Le pire serait que nous assistions à un mouvement de contestation populaire.

Zaza R.

Lire aussi