La Gazette de la grande ile

Une société malade, une société de malades

Publié le 30 mai 2022

Une société malade, une société de malades, une société de dégénérés, c’est la société où nous vivons actuellement. La société est malade, rongée par différents maux qui la détruisent petit à petit. Des maux qui sont généralement dus aux contextes politiques et économiques durant les dernières années où des crises se sont succédées. Actuellement dans les médias, les mauvaises nouvelles, des atrocités commises par les gens, remplissent les colonnes des journaux écrits et des journaux radiophoniques et télévisés. On se demande pourquoi il y a tant de cruauté et qu’est-ce qui a provoqué ces comportements chez les Malgaches ? Des enlèvements partout et ces kidnappeurs ne choisissent plus leurs victimes. Chacun tremble devant le fait accompli. Des enfants, des jeunes et même des adultes ont le droit d’avoir peur d’être enlevés, parce que des rumeurs de vol d’organes se propagent. Ils tuent des innocents pour prendre leurs organes afin de sauver d’autres vies. On vit dans une société de malades, on tue des vies pour en sauver d’autres. On kidnappe des enfants albinos pour prendre leurs yeux afin d’en fabriquer un « Maso be tsy mahita », une sorte de fiole qui rend invisible. Chacun cherche ses avantages : on vit pour survivre, on cherche tous les moyens pour gagner toujours plus de sous, même en sacrifiant la vie d’autrui. Tout le monde a cette mauvaise manière de ne penser qu’à lui-même au détriment de l’autre. Tout cela crée une certaine psychose chez les gens, des gens déjà frustrés par les coûts des PPN et tous les autres problèmes qu’ils doivent gérer. Mais c’est un cercle vicieux qui ne fait que nous perdre la tête et qui gangrène la société. Les gens ont du mal à vivre l’inflation et n’arrivent plus à subvenir aux besoins de leurs familles. Certains ont besoin de plus d’argent pour cela et ne trouvent plus d’autres moyens que de s’introduire dans un réseau de malfaiteurs. Des personnes qui vivaient proprement auparavant deviennent des bandits, deviennent violentes et elles sont devenues elles-mêmes des problèmes. Des cas de viols, parfois perpétrés par des proches-mêmes des victimes, des homicides et des cas de vindictes populaires partout, deviennent très courants et font partie de la vie de la société malgache. Des mères qui jettent leurs progénitures, des bébés qui viennent même de naître, des pères qui violentent leurs femmes et leurs enfants, des fous qui remplissent toutes les rues. La société est malade, une société de malades, une société qui a besoin de soins.
Riri

Lire aussi