La Gazette de la grande ile

Madagascar : Plaque tournante de trafic de drogue

Publié le 10 juin 2022

Attention « Médecins après la mort » ne suffisent plus!  Ne devrait-on pas agir sur les vraies causes de ces différents enlèvements ? Madagascar est devenu la principale plaque tournante  de trafic de drogue.

A cause  de la faiblesse de  notre gouvernance et de l’autorité publique dans les régions et les communes rurales,  de nos 5000 km de côtes très poreuses et  de notre position géographique, proche du continent africain, Madagascar est vulnérable à tout trafic illicite de tout genre. D’après l’« Initiative Mondiale contre le Crime Organisé Transnational », en dehors du cannabis, le principal marché de la drogue  dans les îles de l’Océan Indien est l’héroïne. De l’Afghanistan où elle est produite, elle chemine ensuite par la mer le long de la côte africaine ou alors directement jusqu’à Madagascar. Des investigations internationales ont montré que ces drogues dures transitent à Madagascar et sont redistribuées par la mer ou par les airs illicitement. Par avion souvent, elle peut s’envoler ensuite vers l’Europe. Madagascar exporte “des volumes croissants d’héroïne” selon leur dernier rapport mais aussi de cannabis.

Maintenant, le trafic et la consommation d’héroïne, cocaïne, cannabis, mais aussi plus récemment cannabis de synthèse et méthamphétamines augmentent et se diversifient dans les îles de l’Océan Indien et à Madagascar ; Maurice  et Seychelles sont connus comme des pays avec des plus forts  taux de consommation d’héroïne au monde et Madagascar est devenu la principale plaque tournante  de trafic de drogue. Notre situation socio-politique très fragile, une pauvreté endémique, un système de sécurité insuffisant et corrompu aggravé par la mauvaise gouvernance et la corruption généralisée  fait que Madagascar est commodément utilisée par la « Mafia » comme base de trafic  de tout genre.

En plus, avec la situation sans emploi avec le sentiment définitivement exclu de la société de milliers de jeunes Malagasy, les  probabilités de délinquance ou d’usage de drogues à Madagascar augmentent tous les jours. La situation de précarité et de vulnérabilité de la majorité de nos jeunes est alarmante,  les exposant à de nombreux risques de violence, d’abus et d’exploitation sous toutes ses formes.  Ces dernières semaines, les faits rapportés par les medias nationaux et internationaux montreraient une augmentation des trafics et de la consommation de la drogue à Madagascar. Elle serait rendue possible par une corruption endémique et le soutien de personnes haut placées aurait encouragé probablement cela. Et parallèlement, les hommes de paille de la Mafia sans scrupules, se sentent pousser des ailes à cause de la faiblesse du «Fanjakana » et de la faiblesse de sa légitimité politique ;  Ils varient leurs activités : vols de bétail, kidnappings,  enlèvement de jeunes filles et trafics d’armes qui sont en train de se développer dans toutes les régions. Mais un autre fléau se répand également à Madagascar: la culture du chanvre indien dans les zones agricoles propices isolées au cours de ces dernières années et au nord particulièrement !… Et l’insécurité est devenue plus que préoccupante pour la majorité.

Afin d’éviter l’irréparable, ces exactions ne devraient-elles pas  être prises au sérieux par les tenants du Pouvoir avant qu’il ne soit trop tard ? Ou c’est lorsque leurs « Sombin’ny aina », leurs « Menaky ny aina » sont concernés par ces fléaux que les vraies mesures décisives seront prises? … Le gouvernement ne devait-il pas lancer un programme urgent de dissémination de l’information qui consiste principalement à renseigner les jeunes sur les drogues et leurs effets,  des programmes qui font appel à la morale en soulignant le fait que l’usage de drogues est moralement répréhensible ?   On verra.

Zaza R

Lire aussi