La Gazette de la grande ile

Subvention à la Jirama : Prime à l’échec

Publié le 20 juin 2022

Dans le paragraphe intitulé « dépenses de fonctionnement » de l’exposé des motifs du Projet de Loi N°004/2022 portant Loi de Finance Rectificative pour 2022, il est indiqué que « la part de subvention de fonctionnement et investissement octroyée à la Jirama est révisée à 500 milliards d’Ariary (soit +120 milliards d’Ariary par rapport à la LFI 2022) incluant les dépenses de l’Administration en eau et électricité. »

500 milliards d’Ariary de subventions pour la Jirama ! C’est cinq fois plus que les budgets de fonctionnement et d’investissement annuels réunis du Sénat (19 milliards), de la Haute Cour Constitutionnelle (9 milliards), du Conseil du Fampihavanana Malagasy (6 milliards), du Ministère du Tourisme (10 milliards), du Ministère de la Communication et de la Culture (27 milliards), du Ministères des Mines et des Ressources Stratégiques (18 milliards), du Ministère de l’Artisanat et des Métiers (5 milliards) et de la Haute Cour de Justice (3 milliards).

On pourrait déplier à l’infini les paradoxes concernant la Jirama. Plus la Jirama fait preuve de mauvaise gouvernance et plus elle reçoit des subventions. C’est ce qu’on appelle la prime à la non performance. Plus la Jirama reçoit des subventions et plus les délestages s’accentuent. C’est ce qu’on appelle un bonus à la médiocrité. A Madagascar, on distribue des bons points aux mauvais élèves constants dans l’échec.

Les perfusions injectées à la Jirama pèsent lourd sur l’économie nationale. La Jirama capte toutes les subventions qui pourraient être distribuées à d’autres sociétés commerciales à participation publique et à des établissements publics en grande difficulté financière. Le client est triplement pénalisé, car non seulement il paie des factures exorbitantes à la Jirama en échange d’une qualité de service minable mais, comble de l’absurde, ses impôts servent en partie à subventionner la Jirama qui squatte les cauchemars des ménages et des entreprises.

Tiana Raberanto

Lire aussi