La Gazette de la grande ile

Message aux dirigeants !

Publié le 21 juin 2022

État insulaire, cinquième plus grande île du monde et géographiquement rattachée au continent africain, nous célébrerons bientôt la 62ème année de notre indépendance. Dans son article publié le 14 juin 2022, Max Randriantefy fait un bilan très percutant et poignant de la situation à Madagascar : « La situation actuelle qui prévaut dans notre pays est vraiment catastrophique à tous points de vue. 81 % de la population vivent sous le seuil de la pauvreté, cela est ponctuée par : une inflation galopante, une santé précaire, un système éducatif qui n’arrive pas à émerger, une corruption généralisée, une insécurité grandissante et autres… Il ne faut plus nous voiler la face, car pendant des dizaines d’années, nous avons été victimes de nos propres turpitudes. Source : https://bit.ly/3HAK1CW »

Indépendance dit-on ! Nous sommes dépendants des aides internationales maintenant avec des bailleurs que nous qualifions de « traditionnels » parce qu’ils sont là depuis bien trop longtemps. Avec les milliards d’euros et de dollars que les dirigeants successifs ont reçus, nous occupons le cinquième rang du classement des pays qui produisent le moins de richesses par habitant, avec un PIB de 531 dollars par habitant. Délestage, corruption, insécurité, pauvreté, c’est le résumé de la vie quotidienne du Malgache en 2022.

Notre pays est beau, nous avons des richesses et il y a tellement de choses à faire, mais il semblerait que nos dirigeants/élus n’en ont que pour leur gueule. Certains réclament la légalisation de la vente de « toaka gasy » (rhum local) au profit de la loi pour une « Interruption Thérapeutique de la Grossesse – ITG » pour sauver des vies.

On offre des véhicules tout terrain à l’église alors qu’ils prêchent la laïcité de l’état et que les églises sont apolitiques. Le cyclone, l’invasion acridienne ou encore le kere, on en parle depuis des lustres et pourtant jusqu’à maintenant, il n’y a rien de tangible. Les appels aux dons se font encore et toujours. Comme si nous étions des abonnés sinistrés.

C’est cool de faire la fête et nous ne disons pas non aussi à des spectacles gratuits, surtout qu’il y a eu une extension des horaires de travail des taxi-be, mais avec quel argent ? Notre sécurité ou celle de notre maison sera-t-elle garantie ?

On aimerait aussi :

– Rouler en 4×4, avec des escortes pour nous ouvrir la route et ne pas subir plus de 2 heures d’embouteillages tous les jours.

– Que les déchets qui pullulent dans nos rues avec les odeurs nauséabondes soient ramassés et valorisés.

– Avoir l’eau courante et de l’électricité pour pouvoir étudier et travailler (gargote, épicerie, salle de jeux, multi-service, etc…)

Equité, vous connaissez ?

Pour les 62 prochaines années à venir, nous voulons être dirigés par des personnes avec des cerveaux et capables de nous tirer de l’abysse de la pauvreté dans laquelle nous essayons de survivre en ce moment. Nous voulons vivre dans un Madagascar meilleur, où l’éducation de nos enfants ne sera pas bafouée par la grève suite au non-paiement des salaires des enseignants et encore …  la liste est longue.

Ry mpitondra hajaina (chers dirigeants) : Arrêtez de vouloir vous remplir les poches et de penser uniquement à votre profit ou à celui de votre famille. Le peuple vous a donné le pouvoir et est capable de le reprendre aussi. L’heure est grave ! Nous ne voulons pas revivre un autre soulèvement politique ou une vindicte populaire qui enfoncera encore plus le pays et ses habitants dans la pauvreté et le sous-développement.

Agissez en tant que leader, nous voulons des actions et non des promesses à dormir debout.

F. Ntsoa

Lire aussi