La Gazette de la grande ile

Reprise économique de Madagascar : Freinée par le contexte mondial

Publié le 23 juin 2022

Dans un monde où tous les pays sont très interconnectés socialement et économiquement, notre reprise économique est menacée par un contexte de tensions géopolitiques. Les investissements, le commerce et notre croissance sont affectés, alors même que nous sommes encore confrontés à de nouveaux risques liés à la pandémie et au déploiement inégal des vaccins. Notre économie peine encore à reprendre son élan dans un contexte de ralentissement de l’activité économique mondiale, du retard du programme de vaccination, d’inflation élevée et de risque financier croissant en raison de la croissance continue de notre déficit budgétaire depuis 2019. Le régime a dépensé et continue de dépenser plus d’argent que ce qui rentre dans la caisse de l’Etat Malagasy, des fois sur des actions non-prioritaires. Madagascar deviendrait de plus en plus vulnérable ainsi, sauf si tous les Malagasy en âge de travailler deviennent plus entreprenants plus actifs et créent plus de richesses !

Malgré la pauvreté et la fragilité de Madagascar, le Président mamimbahoaka, omniprésent, omnipotent et omniscient, alloue des centaines de millions de d’Ariary pour les spectacles, il alloue des centaines de millions de d’Ariary pour l’entretien des trains de vie des autorités publiques qui occasionnent beaucoup de dépenses, et Monsieur le Président Mamimbahoaka alloue des centaines de millions d’Ariary pour les événements politiques, pour l’entretien de l’image électorale des détenteurs de pouvoir actuel. Un tel budget ne devrait-il pas être affecté à des actions facilitant le travail des jeunes ruraux ? Transformez les conclusions des études du FAO sur la sécurité alimentaire en actions les gars !

Heureusement, pour maintenir la stabilité sociale et économique, les partenaires financiers ont déployé des actions rapides en mobilisant plus de financement pour assurer une protection sociale des Malagasy les plus vulnérables et pour assurer une réelle relance économique. Mais est-ce suffisant ? Madagascar devrait bénéficier plus de soutien de la communauté internationale si un plan visionnaire en ligne avec nos engagements pour les objectifs de développement durable de 2030 était là. Un tel plan devrait mettre l’accent sur la protection des pauvres et des personnes vulnérables, sur le renforcement de la capacité de réponse du « Fanjakana » avec une meilleure gestion économique et sur la relance des priorités de développement incluant entre autre l’accélération du programme de vaccination, la création d’emplois, l’amélioration de notre fragilité socio-économique et la concrétisation de notre engagement en faveur du climat.

Les autorités politiques actuelles ont-elles une réelle volonté d’aller dans cette direction ? Tout le monde est dans l’expectative. Madagascar a vraiment besoin d’un vrai « Ray amandreny » veillant sur l’État Malagasy et ses trois fondamentaux : les institutions malagasy, la population malagasy et tout le territoire de Madagascar ; Madagascar a vraiment besoin d’un vrai « Ray amandreny » œuvrant pour l’inclusivité de chaque Malagasy dans chaque action de développement ; Madagascar a vraiment besoin d’ un vrai « Ray amandreny », digne, honnête, « Tia fihavanana », « Matahotra tody », se souciant tout le temps du bien de chaque Malagasy, un vrai « Ray amandreny » qui rejette sans ambiguïté toute discrimination , un vrai « Ray amandreny » qui rejette avec vigueur toutes les formes de privilège illégitime et d’inégalité. La majorité percevait-elle cela dans sa vie de tous les jours ? Non. Non et non. Les institutions de l’État Malagasy se sont considérablement affaiblies depuis quelques années à cause de la culture politique monarchique prévalant chez nos leaders politiques. Des millions de Malagasy pensent que Madagascar est devenu une simple salle de spectacle où une partie non négligeable de l’argent des contribuables servirait en majorité à payer le « Disk jockey » et son équipe et ses artistes tout au long de l’année. Faudrait-il toujours rappeler que plus de 21 millions de Malagasy du monde rural sont dans la pauvreté alors que des centaines de millions d’Ariary sont dépensés pour amuser seulement 50.000 Malagasy citadins d’Antananarivo ? Il est temps de prendre un autre mode de gouvernance pour le bien de tous les Malagasy.

Zaza R

Lire aussi