La Gazette de la grande ile

Crise au Ministère des Affaires Étrangères

Publié le 23 juin 2022

Pourquoi diable y a-t-il toujours des gens étranges à la tête de ce ministère ces derniers temps. Après Patrick Rajoelina, tristement célèbre non pas seulement à cause de son chapelet de gros mots, mais surtout parce qu’il prétendait avoir été à l’ENA et la Science Po où finalement il n’a fait que passer, voilà que Richard Randriamandranto déjà abrogé du ministère des finances, mais récupéré de nouveau au ministère des affaires étrangères, fait parler de lui. Richard Randriamandranto n’a été ni à l’ENAM, ni à l’ENA, mais désormais à la tête de la diplomatie malgache. Il est censé avoir une ouverture d’esprit, il est censé savoir s’ouvrir aux autres et faire de la diplomatie. Sauf que, chassez le naturel il revient au galop, voilà que l’actuel ministre des affaires étrangères montre son vrai visage, dénoncé par le personnel du ministère des affaires étrangères. Spécialiste de la discrimination, imbu de sa personne, il fait preuve de “racisme” primaire. Il aurait préféré les femmes qui se lissent les cheveux à celles qui portent des tresses, parce que porter des tresses ne serait pas suffisamment représentatif du pays ? A l’heure où les murmures se font de plus en plus insistantes dans différents secteurs, à l’heure où il est évident que rien ne va quand des représentants du peuple votent une loi pour privilégier l’impunité des maires et des chefs de Région jusque-là non élus, à l’heure où la Jirama se fait remonter les bretelles par la Banque Mondiale et que l’on découvre qu’elle a un milliard à mettre dans le jardinage, mais que dans les foyers, c’est le délestage qui prime, à l’heure où l’on découvre que nos impôts sont jetés par la fenêtre, qu’une école primaire publique “manara-penitra” donc aux normes, a les murs fissurés avant même qu’elle n’ait été inaugurée, à l’heure où Rinah Rakotomanga se donne en spectacle, mais cela n’a plus rien d’exceptionnel et qu’Air Madagascar disparaît des radars avec deux avions qui se courent après, et d’autres preuves d’incompétence flagrante de ce régime, le ministre des affaires étrangères n’a rien de mieux à faire que de sortir son “moi profond” : la discrimination. Il doit se passer des choses étranges dans ce ministère pour que deux ministres de suite soient aussi étranges. Quant aux îles éparses, le bâtiment du ministère des affaires étrangères en lui-même est une île au milieu d’eaux sales quand vient la saison des pluies, si bien que beaucoup raillent là-dessus en considérant le bâtiment d’îles éparses en cette période-là. Ministère des affaires étranges et toujours des ministres étranges !

La Rédaction 

Lire aussi