La Gazette de la grande ile

CUA – Production quotidienne d’ordures : Passée de 370 à 600 tonnes en un an

Publié le 28 juin 2022

La Société Municipale d’Assainissement (SMA) a ramassé plus de 500 tonnes d’ordures dans la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) après la fête nationale. « On n’a pas eu trop de mal avec l’assainissement de la capitale après les fêtes », affirme le DG de la SMA, le Col. Andrianaivo Ravoavy Jaona. En effet, c’est à peu près la même quantité de déchets que la société municipale collecte quotidiennement, sachant que la production quotidienne de déchets de la CUA est comprise entre 500 et 600 tonnes en période sèche. « Ce qui a changé, c’est juste le nombre de voyages que les camions bennes ont dû faire sur quelques zones comme Analakely et Anosy », poursuit le DG de la SMA. Ces quartiers ont le plus produit des déchets, d’où la nécessité de davantage de voyages.

En un an, la production de déchets ménagers dans la CUA est passée de 370 à 500 à 600 tonnes par jour, soit une hausse de près de 60%. Si en ce moment, le n°1 de la Société Municipale d’Assainissement affirme que le ramassage des déchets est sous contrôle, sa gestion est tout autre. A chaque période de pluie, la décharge d’Andralanitra n’est pas fonctionnelle. L’accès des camions au site est impossible à cause de la boue. C’est la raison pour laquelle la commune a installé une décharge dite provisoire, mais qui est devenue permanente au fil des mois sur la digue d’Anosipatrana où la saleté et la puanteur infestent le quotidien des riverains. La seule solution à la situation serait la mise en place d’un incinérateur. Le traitement des déchets et une meilleure gestion des déchets (surtout solides) sont aussi des options viables pour la CUA. A ce propos, le gouvernement japonais vient de financer le projet d’amélioration des équipements de gestion des déchets solides pour la ville d’Antananarivo à hauteur de 26,5 milliards d’ariary. Il s’agit d’équipements liés à la collecte des déchets, au transport et aux activités d’élimination finale dont l’objectif est la réduction des impacts environnementaux en prévenant les odeurs, la dispersion et les fumées toxiques.

Annie N.

Lire aussi