La Gazette de la grande ile

Rolland Ranjatoelina : Le faux messie

Publié le 28 juin 2022

Rolland Ranjatoelina, actuel Ministre du Transport et de la Météorologie, est l’archétype du petit revanchard. Depuis sa nomination à ce poste à l’issue du dernier remaniement ministériel, il exprime des années de refoulement, après avoir été débarqué d’Air Madagascar, dont il a été l’administrateur général délégué de mars à août 2002. Depuis, il a vécu dans l’ombre et même dans la pénombre.

Au fil des années, Rolland Ranjatoelina a maintes fois postulé au poste de Directeur Général d’Air Madagascar sans succès en raison d’un gros point noir dans son CV, notamment sa responsabilité dans le déclassement d’Air Madagascar dans l’Annexe B. C’est la raison pour laquelle sa candidature au poste de Directeur Général de Madagascar Airlines a été rejetée, sans oublier la sombre histoire de sa maîtresse retrouvée morte dans une chambre d’hôtel.

Maintenant que Rolland Ranjatoelina est Ministre du Transport et de la Météorologie, il veut cumuler les fonctions de Président du Conseil d’Administration et de Directeur Général d’Air Madagascar et marquer son empreinte durable. Cependant, depuis quand une personne qui occupe un poste ministériel s’ingère-t-elle dans les fonctions délibérante et exécutive d’une société commerciale à participation publique ? Dans sa revanche folle, il réfute toute la stratégie constructive qui avait été mise en place pendant des mois.

Se croyant au dessus des lois, Rolland Ranjatoelina ne peut pas remettre en cause le jugement commercial ayant ordonné le redressement judiciaire d’Air Madagascar puisque cette décision bénéficie de l’autorité de la chose jugée. Dans sa folie furieuse, il s’est mis en tête de sceller Madagascar Airlines alors que l’avènement de cette société est la seule alternative juridique pour garantir l’existence d’une compagnie aérienne nationale.

Rolland Ranjatoelina n’a aucune solution financière fiable pour rembourser les dettes d’Air Madagascar et sa nouvelle politique commerciale est catastrophique puisqu’il privilégie Air France et Air Austral, en échange bien entendu de rétro commissions occultes, afin d’étoffer sa pension de retraite famélique. Pendant que Roland Ranjatoelina joue les faux messies d’Air Madagascar et que ses gesticulations accaparent tout son temps, les autres types de transport (maritime, terrestre et fluvial) sont laissés à l’abandon. Il faut espérer qu’il ne sera pas reconduit au prochain remaniement ministériel. Compte tenu de son âge, il pourra tout au plus postuler à la fonction de gardien du musée d’Air Madagascar.

La Gazette

Lire aussi