La Gazette de la grande ile

Paroles et messages d’un peuple désespéré

Publié le 28 juin 2022

Avant, pendant et après la mascarade organisée par les dirigeants à l’occasion de la pseudo-célébration de la 62ème année de « l’indépendance » de Madagascar, les citoyens malgaches n’ont pas manqué de s’exprimer sur les réseaux sociaux. La plupart des messages que nous allons partager ici ont été recueillis sur Facebook :

  • « Amuses gueules… A chaque fête de l’indépendance, les acteurs et actrices de la vie politique à Madagascar offrent un grand spectacle gratuit pour les quelques millions de spectateurs du désespoir »
  • « Il n’y a pas lieu de célébrer quoi que ce soit. Si ça ne tenait qu’à moi, les sous alloués à toutes ces dépenses inutiles auraient dû être réaffectées à d’autres urgences. Malheureusement, ce n’est que l’avis d’un citoyen lambda. »
  • « 26 juin 1960 – 26 juin 2022, deux dates pour Madagascar qui me portent surtout à réfléchir et non à célébrer. Peut-on célébrer la pauvreté? Peut-on célébrer la médiocrité ? Peut-on célébrer l’insécurité ? Peut-on célébrer la loi du plus fort? Peut-on célébrer une unité nationale qui vole en éclats ? Peut-on célébrer le drame que vivent beaucoup de familles à Madagascar ? Moi, j’avoue avec tristesse que je ne peux pas. »
  • « Efa tapitra ny fahagagana natao ho anareo t@ werawera 2j fa efa miverina @ laoniny izao ny fiainan-dra Malagasy. tapaka jiro. 13 fô »

Et encore ! Il y en a tellement, mais nous pensons que vous les voyez tous !

 « Tongo-bakivaky ka sady maharary no mahamenatra » (Une verrue sur le visage : la laisser, c’est une tare. La couper, c’est une douleur). Si vous nous suivez quotidiennement, vous aurez noté que ce titre a été La Une du journal publié le 11 juin 2022 pour le cas de la JIRAMA. Eh bien, il est encore d’actualité et s’applique à tous les niveaux.

Il faut vraiment être aveugle et borné pour ne pas voir que le pays s’écroule et les citoyens avec.

« Corruption (à tous les niveaux) ; Or escamoté (de la caisse) ; Déforestation (y-a-t-il encore des dirigeants au MEDD ?) ; Salaires impayés ; Pas d’eau courante ; Abus ; Vols de matériels ; Pauvreté ; Gasoil détourné (coucou JIRAMA) ; Famine ; Délestage ; Trafic  ; Indiscipline (Badoda et compagnie)» sont le pain quotidien des habitants tandis que pour le sucré du peuple c’est : « WERA WERA » … Encore et toujours … Franchement, on s’en fout et vous pouvez faire ce que vous voulez sur les réseaux sociaux, alors que nous vivons dans la misère et que les budgets sont alloués pour du feu / du spectacle, on ne cautionne pas.

Désespoir désespoir, y en a marre des profiteurs et des voleurs au pouvoir.

F. Ntsoa

Lire aussi