La Gazette de la grande ile

Transport en commun : Besoin d’être recadré

Publié le 29 juin 2022

Les transports en commun ont besoin d’être recadrés à Madagascar. On leur laisse trop de liberté qu’ils finissent par faire comme bon leur semble. A l’heure actuelle, les transporteurs menacent de passer à la hausse des frais des transports alors que la qualité de leurs services laisse totalement à désirer. Il faut dire que bon nombre des transports en commun ne respectent même pas leur cahier de charges. Des réformes s’imposent au niveau des transports en commun pour le bien de la clientèle qui réclame plus de sécurité et une meilleure qualité de service. Par rapport à cela, les transports en commun ne disposant pas d’une ouverture latérale ne devraient même pas être en service. Les ouvertures à l’arrière devraient être supprimées, car ce n’est point bon vis-à-vis de la sécurité de la clientèle. Il y a aussi la limitation de vitesse qui devrait être reconsidérée. La vitesse limite qu’on leur impose est de 75 km/h, ce qui n’est pas rassurant en pleine ville. Cette limite s’avère assez dangereuse surtout qu’il y a de nombreuses vies en jeu puisqu’on parle de transport en commun. Avec une vitesse maximum de 75 km/h, les transporteurs peuvent se permettre de faire la course pour pouvoir effectuer plus de tours. La vitesse maximum autorisée pour les transports en commun devrait être réduite à 30 km/h et les autorités devraient s’activer pour leur imposer des réformes pour la sécurité de la clientèle. Il faudrait aussi leur imposer des limites. Comme l’Etat n’est pas capable de leur montrer qui commande, ils en arrivent même à émettre des menaces de hausse de frais de transport sans penser à améliorer un tant soit peu la qualité de leurs services.

Jean Riana

Lire aussi