La Gazette de la grande ile

Peut-on encore espérer ?

Publié le 29 juin 2022

La planète toute entière est dans une période difficile et nous ne pouvons l’esquiver. La guerre entre la Russie et l’Ukraine suscite de nombreux problèmes surtout pour les pays les plus vulnérables : les inflations diverses, la hausse des prix des carburants ainsi que la pénurie des produits importés de ces pays. Le blocage de l’importation de farine ukrainienne entraîne des problèmes nutritionnels. L’économie mondiale souffre obligatoirement de cette guerre.

Les diverses catastrophes naturelles ainsi que la pandémie de Covid-19 ont également causé beaucoup de dégâts dans la vie des Malgaches. Jusqu’à maintenant, aucun vrai redressement de l’économie n’a été mis en œuvre. Les victimes des cyclones successifs dans le sud-est essaient de faire avec les moyens du bord pour se ressaisir des dégâts.

La mauvaise gouvernance, la corruption, l’abus de pouvoir, les diverses gabegies s’y ajoutent. La république se détruit et beaucoup se disent qu’il n’y a plus d’Etat. L’insécurité grandit, les malfaiteurs font la loi partout. Les habitants des régions de Bongolava, Melaky et Menabe se plaignent des actions des dahalo qui ne se contentent plus de voler des zébus. Les habitants de ces régions doivent fermer leurs portes avant même le coucher du soleil. Actuellement s’y ajoutent l’enlèvement d’enfants albinos, de jeunes filles ou de n’importe quelle personne, le vol d’organe…

Les grandes sociétés d’Etat qui sont censées assurer la souveraineté nationale sont dans des impasses. Air Madagascar, ACM sont endettés et ne peuvent qu’opérer avec le peu de moyens dont ils disposent. La Jirama qui a des différends avec les pétroliers, n’arrive pas à gérer ses opérations et ne peut pas satisfaire à fond les clients. La Cnaps est toujours un sujet de débats. Les citoyens sont restés de simples observateurs de ce qui se passe dans ces sociétés où ils sont les principaux actionnaires. Sans parler de tout ce qui se passe dans les différents ports, la douane, la justice, le domaine, l’entretien des routes, les universités, ainsi de suite.

On recule en matière de liberté d’expression d’après la constatation des médias internationaux. La valeur de notre monnaie nationale régresse continuellement. On reste dans le rang des cinq pays les plus pauvres au monde.

Peut-on encore espérer ? Y-a-t-il encore des personnes de bonne foi qui pourront sauver le pays ? Le pays est infesté de voleurs. Mais on ne peut que garder espoir malgré tout.

Riri

Lire aussi