La Gazette de la grande ile

CHRONIQUE DE N. RAZAFILAHY

Publié le 29 juin 2022

L’Androy et le Vakinakaratra : la satisfaction et le contraire

Depuis l’indépendance et jusqu’à une date récente où des  décideurs centraux avaient pratiquement laissé à l’abandon la  Région  du  Vakinakaratra, la  circonscription à  dimension préfectorale très  importante dans le  temps. Elle a  été un modèle de  développement   économique en tous points  de  vue (agricole, industriel, social). Cette époque bénie qui avait entraîné l’évolution de la production agricole est à l’origine de l’enrichissement personnel de tous les paysans producteurs et les éleveurs gentiment surnommés les «Pitsok’ovy». C’était également l’Age d’Or des investisseurs industriels (Cotona, Star, Kobama et autres) qui  assuraient le plein emploi des ouvriers  dans les usines.  A la grande satisfaction des épouses du personnel ouvrier, satisfaites du  contenu des paniers  de la ménagère  et  de la  gestion  du  budget  familial. A entendre les  doléances d’un député élu du  Vakinakaratra, cette  époque  n’est plus qu’un  souvenir qui , aujourd’hui,  ne  fait pas  seulement  soupirer, mais provoque l’indignation  et la  colère des habitants.

Lors  de la  rencontre hier des  députés avec le gouvernement  conduit  par le Premier ministre  Christian  Ntsay, les interventions  du parlementaire du  Vakinakaratra  et  celle  du  Questeur Jean Michel représentant la population  de l’Androy,  résumaient clairement la situation  nationale  aux yeux  de  tous les  pensionnaires  de  Tsimbazaza. D’un  côté, il y  avait cette  foule de  béni-oui-oui qui, pour être bien vue par leurs interlocuteurs membres du  gouvernement, ne  tarissaient pas  de louanges  gratuits.  Satisfaction  pour  ceci, preuve de contentement pour  cela,  sans un mot pour les points  noirs  qui au niveau  du  gouvernement,  restent  des  repas  froids et  des promesses non-réalisées. Honnêtement, il y  a lieu  de  reconnaître  que  le  Questeur  Jean Michel  dans  son  discours, avait  exprimé la  reconnaissance légitime d’une  région  oubliée, mais  qui  cette  fois-ci  a  été  gâtée par les dirigeants  du  régime  actuels. Le peuple vivant  dans la  région  des  épineux a eu  droit à  tous les égards structurels dont ils  avaient  été sevrés injustement depuis longtemps… Il y  a de  quoi avoir le  droit  de  jeter  des  fleurs à l’endroit  du Chef  de l’Etat qui avait oublié l’indifférence de ceux  qui  en principe  devaient assurer le bien-être de  ces  derniers.

Porte-parole de toute la région  du Vakinakaratra  Jean François Michel  n’a pas mâché  ses mots à l’endroit du ministre l’Agriculture. Selon lui, le sort actuel  de FIFAMANOR, un outil économique qui avait  assuré l’épanouissement  véritable  d’un territoire partant à la limite  de la  circonscription  administrative d’Antananarivo jusqu’à  celle de  Fianarantsoa,  a donné un panorama  désastreux de tous les  secteurs  de la  vie  économique. Aucun  secteur ministériel  n’a été épargné. Pour  bien illustrer  les  maux  qui sont les  causes  actuelles  de la  régression en  général  de l’habitat  de  ses  électeurs, il  a  résumé ses  exigences à propos de l’urgence de faire  honneur  au prochain  déroulement  de la  Journée Mondiale  de la  Jeunesse par la  réfection d’urgence  d’un  tronçon  de 20Km de l’axe  routier pour  entrer dans la  ville d’Antsirabe.

Lire aussi