La Gazette de la grande ile

La justice sur les réseaux sociaux

Publié le 02 juillet 2022

A chaque affaire dans laquelle le sentiment d’injustice de la population est mis en jeu, les juristes, justiciers, magistrats ne peuvent s’empêcher d’écrire sur les réseaux sociaux. Des juristes ou des gens qui ont une connaissance en droit se mettent à livrer leurs analyses de la situation, les justiciers ceux qui pensent qu’ils ont absolument leur mot à dire sur la situation car tout est injustice, les magistrats qui considèrent qu’ils sont ceux qui connaissent le mieux le droit et les lois mais sur les réseaux sociaux ils ont aussi chacun leur propre appréciation de la situation et avec souvent des avis contradictoires. En effet, si très souvent on reproche aux facebookers leur manie de porter des jugements sur des affaires de justice sur les réseaux sociaux, les magistrats font semblant d’ignorer que beaucoup d’entre eux donnent aussi leurs opinions sur les réseaux sociaux et leurs opinions ne sont pas les mêmes. On l’a vu particulièrement dernièrement lors de l’affaire de viol/ attentat à la pudeur sur une jeune fille par un responsable cultuel. Quand ce sont des magistrats qui apportent leurs analyses sur une situation qui intéresse le public, et que ces analyses sont contradictoires venant des magistrats, il y a de quoi se demander si c’est intelligent de la part de ces magistrats de rajouter de l’eau au moulin. Cette attitude ne fait qu’augmenter le peu de confiance que les gens ont à l’égard de la justice car qu’on le veuille ou non, deux ministres de la justice ont été cité dans deux affaires qui laissent songeurs les citoyens. Une qui a brûlé les copies de concours d’entrée à l’ENMG mais qui aujourd’hui n’est nullement inquiétée alors que des personnes croupissent en prison. C’est un magistrat, c’est une ministre de la justice en exercice à l’époque et qui n’est nullement inquiétée. Quelle meilleure preuve d’injustice ! Et quelle meilleure preuve pour faire comprendre aux simples citoyens que ce monde de la justice est un monde de quant à soi et qu’ils sont les seuls qui détiennent la vérité absolue. Alors quand sur les réseaux sociaux ils donnent des avis contradictoires, leur vérité absolue tombe comme un château de cartes. Un autre Ministre de la justice dont un enregistrement sonore a fait grand bruit sur les réseaux sociaux et qui par la suite est frappé d’une interdiction de sortie du territoire mais finalement personne ne le cherche et sûrement qu’il est tranquille là où il est à dépenser ce qu’il aura amassé. C’était un ministre de la justice en fonction. Voilà au moins deux exemples de cas qui font que les magistrats devraient être capables de comprendre la suspicion d’injustice que la population a de la justice malgache. Alors, quand parfois imbus de leur connaissance les magistrats portent un regard méprisant sur les justiciers des réseaux sociaux, il faudrait aussi qu’ils se demandent si leurs avis contradictoires ne contribuent pas également au regard méprisant que les justiciers des réseaux sociaux portent sur les magistrats. Car la justice s’est déplacée aujourd’hui non plus dans les palais mais d’abord sur les réseaux sociaux.

La Rédaction

Lire aussi