La Gazette de la grande ile

Trafic des ressources naturelles : La politique de tolérance zéro à appliquer

Publié le 04 juillet 2022

Les trafics de toutes sortes de ressources naturelles à Madagascar ne cessent de prendre de l’ampleur, malgré l’interception des trafiquants et cela ne date pas d’hier. Mettre fin au trafic des richesses naturelles serait impossible tant que les chefs de la mafia ne sont pas appréhendés. L’application de la loi doit toujours se faire sans aucune distinction et personne ne devrait se placer au-dessus de la loi. Mais ce n’est pas le cas dans la Grande Ile. Résultat, l’impunité règne toujours dans le pays. Des sympathisants auraient dénoncé des individus qui ont transporté 12 sacs de Pachypodium en provenance de la partie sud de l’île. Ils ont été saisis à la gare routière Fasan’ny karana par la police nationale. L’enquête est toujours en cours, indique-t-on. Une tentative de trafic de tortues a également été déjouée lors d’un contrôle de routine effectué par la police nationale à Fianarantsoa, dans la nuit du 29 juin. Un taxi-brousse en partance de Toliara avait transporté clandestinement 91 tortues. Deux femmes présumées coupables sont déjà placées en détention préventive. Le ministère de l’environnement et du Développement Durable se dit déterminé à veiller sur l’application de la tolérance zéro contre les trafiquants de ressources naturelles, en renforçant sa collaboration avec les éléments des forces de l’ordre. Mais l’existence de hauts responsables au niveau de l’Etat comme étant les principaux instigateurs, est toutefois minimisée. Ces derniers ne sont jamais inquiétés lorsque les passeurs se font attraper. Par manque de preuves les mettant en relation directe avec l’infraction, les poursuites sont très vite abandonnées. Aucune enquête n’est menée par le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco).

Nandrianina

Lire aussi