La Gazette de la grande ile

CHRONIQUE DE N. RAZAFILAHY

Publié le 06 juillet 2022

H.C. J : incompétente et budgétivore

A contrecœur, contraint  et  forcé par la rumeur publique , sous peine  de déchéance par  voie d’empêchement, Hery  Rajaonarimampianina président  poussé  vers la porte de sortie par la rue, met en place la  Haute  Cour  de Justice. La clique  qui l’entoure, de  courtisans pourris  et  corrompus, a réussi à  vicier la  Loi Organique de la mise  en place  d’un  institution prévue pour sévir et punir  les hautes personnalités compromises dans  des  affaires pénales et  surtout  criminelles durant l’exercice de  leurs  fonctions.  En  réalité, les juristes à leurs  soldes  ont  fait  en  sorte que les textes  soumis  au Parlement portent des  articles capables de mettre hors de portée des  sanctions judiciaires les  acolytes délinquants.

Pour ce  faire, les experts complices  n’ont pas  hésité à passer outre le  respect du principe  de la  séparation  des  pouvoirs mondialement  reconnus pour parvenir à leurs fins… Tant pis pour les objectifs légitimes  de la légalité ! L’existence même et les  fonctionnements  cahin-caha de  cette bizarrerie juridictionnelle font  grincer des dents pour plusieurs  raisons très plausibles. Parce dès le départ, les  dés  étaient pipés  et il était pratiquement  impossible de  faire  appliquer la loi en  tenant  compte de la mauvaise  foi  toujours possible au  niveau  de la  commission  des  députés, chargée d’apprécier le  bien-fondé des  dossiers pourtant confectionnés dans les règles  de  Droit par  des magistrats choisis par leur compétente professionnelle. Or, il suffit que les parlementaires  concernés fassent preuve de refus  d’exécution déguisés et répétés pour que les procédures de la  Haute Cour de  Justice restent  et demeurent sans suite dans les meilleurs  des  cas. L’institution  se trouve alors de facto confrontée à une succession  de blocages infranchissables qui, finalement empêchent cette cour d’avoir la compétence attendue pour la mission qu’on  attend d’elle.

Soit ! Mais le plus grave pour le pays est  d’être forcé  de  subir une  telle situation  et les conséquences  qui vont avec.  Imaginez seulement  que  ces  juges  désignés dans la  Haute  Cour de  Justice sont  des  hauts fonctionnaires  payés mensuellement  à un montant qui  varie dans les 10 millions  d’Ariary et même plus. En  sus, il y a les divers avantages  en  nature.. et les primes  de logements  et  de  carburants.  Sans  compter  les  dotations  de  voiture de  service. Ce n’est pas que  ces braves magistrats ne  veulent pas  accomplir les  tâches que le pays  a  confié à la  haute  juridiction que des mauvais  esprits du temps  du   président  Hery  Rajaonarimampianina avaient  sciemment  pervertie par le  biais  d’une loi  organique dévoyée  volontairement. Le  budget  de l’Etat se  trouve  donc  devant un problème  de dépenses obligatoires pour  des  résultats inévitablement  négatifs. Osons  croire  que  durant le  symposium  des  11 et 12 juillet prochains, le  corps  de la Magistrature sera conscient  de  ce grave  dysfonctionnement et se  chargera  d’y  remédier par  des  rectifications  appropriées  des textes concernés. Par le passé, on  a  déjà jugé et  condamné un Président  de la République, un Tantely Andrianarivo, un Pierrot  Rajaonarivelo et  tant  d’autres… La  jurisprudence n’est pas  faite pour les  chiens. Pour  alors  accepter cette  forme  de  justice  sélective en faveur des  grands voleurs de la  République ?

Lire aussi