La Gazette de la grande ile

Ranjatoelina n’est pas le faux Messie. Ce n’est qu’un mythomane

Publié le 06 juillet 2022

Ranjatoelina le charlatan

Quelle entrée en scène lors de la passation avec le ministre cyclope à roulettes en mars 2022 ! Ranjatoelina avait fait grosse impression lorsqu’il avait dit « En ce moment précis, l’Aviation Civile de Madagascar (ACM) se trouve au bord du précipice de la faillite financière. Parce que des sociétés à qui ont été confiées la sûreté et la sécurité aéroportuaires n’ont pas versé les redevances qu’elles devaient à l’ACM… Nous allons prendre des mesures appropriées. Je sais ce qui s’est passé et il s’agit d’une coalition de mafia, je m’excuse d’avoir employé cette expression ».

Tout le monde avait compris. Il visait directement Mamy Ravatomanga dont une des sociétés est en charge de la sûreté aéroportuaire. (Soit dit en passant, le ministre qui se targue d’être un professionnel du transport aérien ne sait apparemment pas faire la différence entre sûreté et sécurité aéroportuaire !).

En juillet 2019, le ministre des transports de l’époque Joël Randriamandranto, avait fait mettre sous scellé par la gendarmerie, le matériel de Samada, accusée de ne pas être en règle, et de ne pas suivre les normes. Come-back au pied levé de la société CSPIM, une des sociétés de Mamy Ravatomanga, qui avait assuré auparavant la sûreté aéroportuaire avant d’être remplacée par Samada.

Hélas, jusqu’à présent, l’ACM vivote et n’a même pas encore de DG titulaire, ni de SG. Heureusement, son président du conseil d’administration Jean Robert Razafy, un ancien de l’OACI et professionnel reconnu internationalement, suppléait à ces carences, comme il le pouvait.

Malheureusement, le mandat des administrateurs actuels va expirer le 14 août prochain et le président du conseil d’administration actuel, M Robert Jean RAZAFY, un ancien de l’OACI et professionnel reconnu internationalement, n’entend plus rempiler. Il vient d’adresser une lettre à ses collègues administrateurs, dans laquelle on le sentait vexé d’avoir appris du président du conseil d’administration de l’ASECNA, la décision de Ranjatoelina de nommer un autre administrateur malagasy à sa place https://www.transfernow.net/dl/20220705m9uXaf9U/NEWMjvJq .

Le ministre n’aurait même pas eu l’élégance d’informer l’intéressé de sa décision de l’évincer de ce poste.

Ranjatoelina plastronne

Ranjatoelina avait dit, à l’époque, avoir persuadé le président de ne pas accepter le retour d’Airlink pour les vols Afrique du Sud/ Madagascar, car il ne voulait pas du monopole d’Airlink. Il préférerait attendre la venue d’une autre compagnie.

Les opérateurs se doutaient déjà que le raisonnement ne tenait pas debout, puisque des compagnies comme Air Mauritius, Kenya Airways ou Ethiopian ont actuellement le monopole des vols vers Maurice, le Kenya ou l’Éthiopie. On vient d’apprendre par un journal sud-africain  ce qui se passe réellement : https://www.dailymaverick.co.za/article/2022-06-30-madagascar-delegation-to-meet-ramaphosa-over-confiscated-gold-bars-and-airlink-ban/ . Rajoelina utilise ce droit de trafic comme moyen de chantage pour tenter de négocier le retour des 73 kg d’or et l’extradition des 3 passeurs. Une délégation malgache est partie en Afrique du Sud pour rencontrer le président sud-africain à cette fin.

Ranjatoelina voulait juste montrer ses muscles, mais il a été confondu. Et comme Georges Clémenceau l’a dit « Quand les événements nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs ». C’est exactement ce qu’il a fait. Mais comme Abraham Lincoln a dit « Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps ; vous pouvez même tromper quelques personnes tout le temps ; mais vous ne pouvez tromper tout le monde tout le temps ».

Ranjatoelina fanfaronne

Début mai 2022, Ranjatoelina disait avec assurance que les ATR72 n’étaient pas adaptés au réseau intérieur, car trop lents et ne disposant pas d’assez de place pour le fret. “Depuis 48 heures, j’ai pris en main le pilotage du dossier Air Madagascar. J’ai négocié deux Boeing 737-400, et ils seront disponibles dans 15 jours.

Deux mois plus tard, toujours pas de B737 à l’horizon et Airmad va prendre plus d’ATR72.

Ranjatoelina le fabulateur

En juin dernier, Ranjatoelina rencontre des membres du personnel Airmad qui l’avaient applaudi très fort lorsqu’il a dit “Madagascar Airlines n’est qu’un montage financier destiné à piller Airmad. J’ai pris la décision de limoger les deux administrateurs représentant le ministère des transports au conseil d’administration d’Airmad, Rinah Rakotomanga et Mamy Rakotondrainibe”.

Il invita quelques jours plus tard tout le personnel d’Airmad pour une séance d’information et de partage. Il confirma qu’il allait trouver la solution pour arrêter « l’opération Madagascar Airlines » et remettre de nouveau Airmad en vol.

Il a tenu parole quant au limogeage des deux administrateurs. En revanche, le personnel attend toujours Airmad pendant que Madagascar Airlines continue allègrement son bonhomme de chemin avec Rinah à sa tête. Madagascar Airlines vient d’ailleurs d’annoncer l’ouverture de vols vers Marseille, avec publicité à la clé. Publicité que la Gazette a d’ailleurs refusée.

Beaucoup de verve et de « show off », comme on dit en anglais. Résultat : Zéro

Rajoelina reprend le dossier Airmad ?

Selon des membres du personnel d’Airmad, Mamimbahoaka leur a demandé de transmettre le message suivant « Suite à son voyage sur le vol MD051 Paris/Tana du 13 juin 2022, le président fera du cas Airmad un défi personnel et il souhaite l’implication de tous. (Ceux qui n’ont pas encore été virés par Rinah évidemment). Après le 26 juin 2022, il convoquera les représentants du personnel ».

Il avait déjà fait la même promesse au personnel de Sofitrans, au CCI Ivato ,lors de la 8ème  édition du salon ITM (International Tourism Fair) en juin 2019. Sofitrans attend toujours et risque d’attendre encore longtemps. Les fausses promesses font hélas partie du quotidien du Timonier.

Et toujours ce problème de gouvernance, « qui pilote le dossier Airmad » ? Rinah ? Ranjatoelina ? Rajoelina ?

Le personnel d’Airmad devrait se méfier et ne pas se faire trop d’illusions. Ils n’ont d’ailleurs sans doute aucun intérêt à ce que Mamimbahoaka touche à ce dossier. Tout ce que ce Président touche semble voué à dépérir, et même l’or se change en plomb dans les coffres de la République!

Un autre exemple illustre ce fait, les résultats des Bareas n’ont cessé de dégringoler depuis leur montée jusqu’en quart de finale lors du CAN 2019 auquel assista en personne Rajoelina.

Rappelez-vous également, les A340, c’était lui et avec le recul, on sait maintenant qu’ils sont à l’origine des déboires d’Air Madagascar. Un avion poubelle très vorace en kérosène, dont aucune compagnie ne voulait plus au point qu’Airbus a dû en arrêter la production.

Airmad a tout intérêt à ce que Rajoelina ne s’en mêle pas, sinon ce sera probablement son crash définitif.

Quand Mamimbahoaka reconnaîtra-t-il enfin que le meilleur service qu’il pourrait rendre aux Malagasy, c’est de rendre son tablier ? Il porte un costume trop grand pour lui. Il a atteint son seuil d’incapacité, il le sent, tout le monde le voit, le sait et souhaite le renvoyer aux vestiaires.

La Gazette

Lire aussi