La Gazette de la grande ile

Batteries usagées : Madagascar, poubelle du monde

Publié le 07 juillet 2022

Madagascar devient la poubelle du monde. C’est ce qu’on peut dire de la situation actuelle avec l’importation de divers produits périmés par des opérateurs malintentionnés. Cette situation ne se limite pas aux denrées alimentaires, nocives pour la santé, et s’étend à d’autres déchets toxiques et polluants. C’est notamment le cas des batteries de voiture usagées qui débarquent souvent sur le territoire national, une situation qui ne date pas d’hier. Depuis des décennies, le commerce de ce type de batterie a toujours sévi sur les marchés dédiés à la vente des pièces d’occasions d’automobiles. Ce qui signifie que l’importation a toujours eu lieu de façon régulière, sûrement au vu et au su des autorités concernées. Fait incroyable, ce n’était que mardi dernier que l’équipe de la douane a appréhendé au port de Toamasina, 430 batteries prévues pour être acheminées vers les marchés. Selon les informations reçues, celles-ci vont être renvoyées à leurs pays d’importation.

La Grande Ile est ainsi le pays de destination des déchets du monde. Or, les décrets n°2012-753 du 7 août 2012 et n° 2018-1145 du 5 septembre 2018 interdisent formellement l’importation de ces batteries, ce qui serait resté lettre morte, faute d’application. Les autres pays, notamment les îles voisines, sont pourtant intransigeants par rapport au commerce de ces marchandises hautement toxiques et polluantes. C’est ainsi que les autorités réunionnaises ont saisi en 2012 au port de Saint-Denis, neuf tonnes de batteries usagées chargées en conteneur destinées à Madagascar. Une dizaine de personnes a été arrêtée dans cette affaire. L’application de la loi en vigueur est effective pour ce pays, une bonne pratique que les autorités malgaches ne sont pas en mesure d’imiter. Cette attitude engendre des conséquences dangereuses pour l’environnement vu que chaque batterie contient du plomb, une substance très toxique et polluante.

Mampionona

Lire aussi