La Gazette de la grande ile

Siteny : La mauvaise voie

Publié le 07 juillet 2022

Lors d’un entretien accordé à un journal de la place, Siteny Thierry Randrianasoloniaiko se présente comme l’homme de la troisième voie. Sa candidature à la prochaine élection présidentielle ne fait aucun doute, même si ses déclarations médiatiques laissent penser qu’il aspire à un poste ministériel dans le régime actuel puisqu’il est toujours issu a priori de la majorité présidentielle. Le calendrier électoral n’est pas encore fixé, mais on peut prédire que le premier tour du scrutin présidentiel aura lieu au second semestre de l’année 2023. En se présentant comme le candidat de la troisième voie, Siteny est régressif. Il part déjà perdant puisqu’il se classe lui-même en troisième position.

Quelles sont les personnalités politiques qui représentent la première voie et la seconde voie ? En sa qualité de Chef de l’Etat en exercice, candidat à sa propre succession, Andry Rajoelina apparaît assurément comme la première voie, en dépit d’une conjoncture difficile. Il n’est pas certain que le septuagénaire Marc Ravalomanana constitue la seconde voie. Le fondateur de Tiko compte se présenter à l’élection présidentielle de 2023. Il ferait mieux de prendre sa retraite à Imerinkasinina et de désigner son dauphin pour la pérennité du TIM.

Aucun observateur ne mise sur Hery Rajaonarimampianina, pour représenter la deuxième ou troisième voie. Il est plutôt en voie de garage. En revanche, Hajo Andrianainarivelo, Christian Ntsay ou Roland Ratsiraka apparaissent comme des challengers intéressants. Dans la course à la présidentielle, Siteny s’imagine déjà dans le trio de tête alors qu’il restera positionné à l’arrière du peloton, juste après le pasteur Maihol. Il a une expérience de député, mais l’exercice du pouvoir exécutif est une toute autre chose. Siteny est un démagogue qui se croit au centre de la Voie Lactée et qui espère capter les votes des électeurs avec des arguments low-cost. Il se prend pour le coup de tonnerre dans le ciel bleu alors qu’il n’a ni vision, ni idéologie, ni programme, ni équipe et il manque de fonds. A part sa ceinture de judo et son réseau d’influence russe, il n’a pas grand-chose à offrir à la nation.

Folojaona

Lire aussi