La Gazette de la grande ile

Jirama : Habituer les abonnés aux coupures

Publié le 21 juillet 2022

Après les épreuves éprouvantes de délestages auxquelles la Jirama a habitué ses abonnés, la compagnie d’eau et d’électricité frappe encore plus fort avec les coupures d’eau. Depuis le début de cette semaine, quelques quartiers de la capitale et ses environs se plaignent de coupures « non expliquées » de l’approvisionnement en eau chez eux. On peut citer à titre illustratif Ambondrona, Antaninandro, Faravohitra et Itaosy. Ces coupures durent une dizaine d’heures, voire plus.

Depuis près d’une semaine, les abonnés de la Jirama souffrent de la situation, sans avoir droit à des explications. La Jirama n’a jugé bon d’en communiquer les raisons qu’hier. En effet, plusieurs quartiers étaient privés d’eau quasiment toute la journée du mercredi 20 juillet. Il s’agit entre autres d’Imerina Afovoany, Talatamaty, Mandrosoa, Ambohibao, Morondava, Andranororo, Amboavahy, Andranomena, Avaratetezana, Ambohidroa, Amboaroy, Ivato, Antsakambahiny, Ambohijanahary, Ankadindravola, Antalamohitra, Ambodirano et Ilaivola pour la zone Nord-ouest.

Dans la zone Ouest, les coupures s’étalent sur Anosizato en passant par Itaosy, Ampitatafika, jusqu’à Fenoarivo. Une bonne partie de la zone centre aussi a été touchée par cette coupure qui a duré pas moins de sept heures dont la raison est l’arrêt des machines en raison de la baisse de la puissance de l’électricité, selon les explications.

En parallèle, le délestage se poursuit sur le réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA). Certes, la Jirama opte plutôt pour des coupures tard dans la nuit (entre23 à 5h du matin), donc moins de gens se plaignent, parce que cela passe presque inaperçu, sauf pour les gens qui travaillent de nuit, en l’occurrence les boulangeries et les poissonneries (qui voient leurs marchandises pourries au matin). Aussi, les coupures durant les heures de pointe, entre 17 et 21h, se poursuivent. Après tout, il n’y a rien d’étonnant si rien ne va au sein de la Jirama. Son DG par intérim, innocent paraît-il, est frappé d’une interdiction de sortie du territoire et ne peut se focaliser sur ses tâches sachant que les portes de la prison s’ouvriront bientôt pour lui.

Annie N.

Lire aussi