La Gazette de la grande ile

Polémique autour de la HCC : Dama Andrianarisedo met les points sur les “ i ”

Publié le 23 juillet 2022

Suite aux multiples rumeurs lancées par les politiciens autour de la Haute Cour Constitutionelle (HCC), Dama Andrianarisedo, actuel Président de la Commission Electorale Nationale Indépendant (CENI) et ancien membre de la HCC, a éclairci quelques points hier.

Rivo Rakotovao, membre du parti à l’agonie HVM, a déclaré que la HCC a participé à la déstabilisation du pouvoir de Hery Rajaonarimampianina en appuyant les motions de déchéance concoctées par les députés en 2015 et en 2018. En effet, c’est la HCC qui a proposé le « pacte de responsabilité » en 2015 et le gouvernement de consensus en 2018 afin de ne pas destituer le Président.

Le pouvoir en place de l’époque n’a eu aucune pression sur la HCC d’après cet actuel président de la CENI. La HCC s’est opposée au projet de loi bloquant la candidature de Marc Ravalomanana et le report des élections de 2018. D’après Dama Andrianarisedo, « ma femme était ministre à l’époque, mais cela ne m’a pas empêché de m’opposer aux projets anticonstitutionnels du régime. L’actuel Président de la République avait projeté de faire un référendum, mais nous étions contre. Cela avait menacé la place de ma femme, mais j’ai continué à respecter la Constitution. Le Président voulait également faire appliquer une ordonnance sans passer par le Parlement, car il avait déjà une loi d’habilitation, mais nous y étions opposés. Ils ont même voulu remplacer tous les sénateurs désignés par l’ancien Président Rajaonarimampianina, mais nous nous y sommes opposés, car tous les sénateurs ont le même statut, élus ou désignés. ».

A lui de continuer, « concernant la politique générale, Rivo Rakotovao a affirmé que la descente du Président Rajoelina à Mandoto était de la propagande et que la CENI devait prendre des mesures. Or, cette descente à Mandoto était juste une série d’inauguration de plusieurs projets. La loi n’empêche pas le Président d’inaugurer et la population peut l’accueillir à leur façon. Je ne trouve aucune raison d’affirmer que c’était de la propagande. C’est exactement comme la célébration du 20ème anniversaire du TIM où Ravalomanana a pris la parole en rassemblant la foule. Idem pour Rajaonarimampianina en France où il a fait un discours politique. Je ne vois pas quelle mesure prendre face à ces gestes. Nous sommes actuellement en train de faire la refonte de la liste électorale. Beaucoup de changements y ont été apportés. Par exemple, le président du Fokontany ne prend plus en charge le comité local de recensement des électeurs pour plus de transparence et d’impartialité. On utilise également de nouveaux outils technologiques comme des tablettes pour faciliter l’inscription des électeurs dans la liste à éviter les fautes de frappe. ».

La stratégie classique de l’opposition pour discréditer le pouvoir en place est de remettre en question l’indépendance des organismes rattachés à l’Etat. Cette fois, le président de la CENI a mis les points sur les « i » afin d’éclaircir l’opinion publique.

T. Berado

Lire aussi