La Gazette de la grande ile

Processus électorale : Vers plus d’intégrité

Publié le 25 juillet 2022

Lors de sa sortie médiatique de la semaine dernière, le Président de la CENI, Monsieur Dama Andrianarisedo Retaf Arsène a expliqué que « sa nomination n’est pas un retour d’ascenseur et qu’aucune pression ne s’exerce sur la CENI » et  « sa prise de décision n’était pas conditionnée par une quelconque pression politique ». Lors de son intervention, il mentionnait son objectif d’inscrire tous les électeurs potentiels dans la liste électorale afin qu’ils puissent ainsi jouir de leur droit de vote dans le cadre de la refonte de la liste électorale. De nouveaux outils technologiques seront utilisés. Certes, ces points ont permis d’éclaircir un peu l’opinion publique, mais la majorité des citoyens malagasy attend plus dans l’ organisation des élections. Le Président de la CENI aura-t-il également un objectif d’assurer une intégrité politique totale de l’ensemble du processus électoral ? L’objectif principal d’un processus électoral !

L’engagement et l’application des principes démocratiques d’égalité politique tels qu’ils figurent dans les normes et accords internationaux devraient être déclarés également publiquement, s’il est cohérent dans ses déclarations. Ces principes devraient être menés de façon professionnelle, impartiale et transparente tout au long du cycle électoral par la CENI. Des mesures convaincantes, dans ce sens, de monsieur le Président  de la CENI et des mesures dignes de la confiance de l’opinion publique, montreraient son réelle indépendance . En particulier par exemple, des actions concrètes que le Président de la CENI entend prendre pour que  le système électoral évite la situation où le ou les détenteurs de pouvoir public raflent la mise et qu’on élimine les obstacles à la participation des femmes, des jeunes, des minorités, des personnes handicapées et d’autres groupes traditionnellement marginalisés.

En plus, la majorité des citoyens malagasy attend de voir que la CENI agisse au niveau de l’ Exécutif pour que la proposition de la loi sur le financement soit promulguée. Le Président de la CENI et ses collègues devraient s’assurer que le système judiciaire garantisse aux citoyens, y compris aux adversaires politiques, des recours juridiques simples leur permettant d’exercer leurs droits électoraux avec des procédures simples transparents et rapides et au dire du droit. La CENI devrait également montrer qu’elle prendra des actions pour s’assurer que le gouvernement et en particulier les départements des finances, de la justice et les départements en charge de l’ intérieur et de la décentralisation va mettre en œuvre un plan d’ action efficace qui prévient les violences électorales et, si la dissuasion ne suffit pas, que la procédure de poursuite en justice des auteurs de violences électorales soit connue et fonctionne réellement.

« La Mission n’est pas importante, mais c’est l’Impact de la mission qui est importante » disait l’autre ! Les actes valent plus que les paroles.

Zaza R.

Lire aussi