La Gazette de la grande ile

Edito: Pouce pointé vers le bas

Publié le 25 juillet 2022

Les personnes qui approuvent les actions du régime, qui approuvent les mensonges lancés par le chef de l’Etat très souvent quand il s’adresse à la population, qui croient aux annonces tonitruantes du chef de l’Etat, ces personnes font le signe V ou applaudissent quand le chef de l’Etat est là ou quand le chef de l’Etat parle. Les personnes qui désapprouvent les actions du régime, qui n’adhèrent pas aux promesses mensongères lancées par le chef d’Etat depuis des années maintenant, qui sont scandalisées par la gouvernance catastrophique du pays, n’ont pas l’occasion de s’exprimer à moins d’être férues des réseaux sociaux, mais Lalatiana Rakotondrazafy elle-même avait dit dans son émission, que personne n’écoute et ne considère ce que disent les facebookers. Que reste-t-il alors à ceux qui ne font pas le V de la victoire, ceux qui n’applaudissent pas aux mensonges du chef de l’Etat, ceux qui n’en peuvent plus de la mauvaise gouvernance, qui ne donnent pas d’importance aux réseaux sociaux, qui ne vont pas aux manifestations politiques de l’opposition et qui sont tellement à genoux qu’ils n’ont plus le courage ? Il ne leur reste qu’une chose, montrer au chef de l’État quand ils en ont l’occasion, qu’ils désapprouvent ce régime. Et cela ne passe pas par aller sur la place du 13 mai, ni à piller et brûler le pays, ni à fomenter un coup d’Etat. Une personne a fait un pouce pointé vers le bas, pas face au chef de l’Etat, ce qui aurait été mieux et plus clair pour lui, mais au moment où le cortège présidentiel passait. Ça lui a valu arrestation et la prison. On ne peut que pointer le pouce vers le bas, face à une telle ineptie, face à un tel abus de pouvoir, face à une telle méconnaissance flagrante de la liberté. Tout le monde a le droit de faire le V de la victoire si telle est leur conviction, tout le monde a le droit de désapprouver le régime, de désapprouver les actions du chef de l’Etat qui devrait porter un regard honnête sur l’état du pays depuis qu’il en est à la tête. Le pouce pointé vers le bas est justifié et doit même être préféré par le chef de l’Etat par rapport à tout ce qui se dit sur les réseaux sociaux, à tout ce qui probablement se dit en coulisse ou dans les dîners. A moins que les zélés qui ont arrêté la personne et qui l’ont mis sous mandat de dépôt veulent entendre ces mots que l’on ne dit pas forcément en présence d’un chef d’Etat, mais que tout le monde dans n’importe quel État, dit de face. Dans les pays développés, les gens disent à propos de leurs chefs d’État, et ce très souvent qu’” il est nul”, si ce n’est plus. Le pouce pointé vers le bas est quand même mieux, non?

La Rédaction

Lire aussi