La Gazette de la grande ile

Edito : Le petit Timonier ne gouverne pas, mais gère sa peur

Publié le 30 juillet 2022

Le régime d’Andry Rajoelina a en réalité peur de l’opposition, ce qui n’est pas compréhensible. Le régime d’Andry Rajoelina est à la tête du pays, tous les pions sont placés. C’est sous régime que l’on voit un secrétaire général adjoint de la présidence et sa femme membre de la Haute Cour Constitutionnelle ; c’est sous régime que l’on a un Président du CENI et son épouse ministre du gouvernement Ntsay et bien d’autres exemples. Le népotisme à son paroxysme, le règne des copains, la violation flagrante des lois, la justice aux ordres du pouvoir, l’impunité à son comble : voilà entre autres les ingredients du régime Andry Rajoelina. On finit par croire même que les dirigeants ne gouvernent pas, mais passent leur temps à placer les personnes de confiance et agir contre les opposants. Les dirigeants ont les yeux rivés et l’attention focalisée sur ce que fait l’opposition, sur comment empêcher l’opposition de réunir les gens et de parler à la population. Au lieu de gouverner et développer le pays, l’actuel régime oeuvre de manière à faire régresser plus que jamais le pays dans tous les classements. Au lieu de gouverner, les gens de l’actuel régime se remplissent la panse et les poches. Au lieu de gouverner, les dirigeants gère leur peur : peur d’être limogé, peur de perdre tous les avantages liés à leur poste, peur de voir la population renverser le régime. C’est ainsi que finalement, au lieu de gouverner, l’actuel régime passe son temps à gérer sa peur de l’opposition et en arrive à des dérives autoritaires que les actuels dirigeants avaient reproché à l’ancien régime Rajaonarimampianina et l’ancien régime Ravalomanana. Empêcher les gens de se réunir car ils n’ont pas demandé l’autorisation à la préfecture, mais qui avait donné l’exemple de ces violations de lois, l’exemple de ces forcing dans la rue ? En réalité, c’est l’actuel chef de l’Etat ou plutôt ses compagnons de lutte de 2009 et de 2018 qui avaient donné l’exemple du forcing et du non respect des lois, l’opposition actuelle a appris la leçon et reprend ce que les autres avaient fait avant eux. Comme quoi, la roue tourne.

La Rédaction

Lire aussi