La Gazette de la grande ile

Actes de déstabilisation : La France à la manœuvre (3ème partie)

Publié le 05 août 2022

Lors de son récent voyage au Cameroun, au Bénin et en Guinée Bissau, le Président Emmanuel Macron a dénoncé « l’hypocrisie » de l’Afrique concernant l’agression de la Russie contre l’Ukraine. A travers ses propos aussi choquants que condescendants, Emmanuel Macron voulait sans doute rallier les Chefs d’Etat africains à sa cause. Pourtant, il n’a fait qu’accroître leur animosité à son égard.

Le Président français n’a pas à qualifier d’hypocrite le choix légitime des seize pays africains (Algérie, Angola, Burundi, Congo-Brazzaville, Guinée équatoriale, Madagascar, Mali, le Mozambique, la Namibie, Soudan, Soudan du Sud, Afrique du Sud, Sénégal, Tanzanie, Ouganda et Zimbabwe) qui se sont abstenus de voter la résolution du 2 mars 2022 de l’Organisation des Nations Unies exigeant que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine. Ces pays défendent leurs intérêts et sont souverains dans leur décision.

Si la France cherche à déstabiliser le régime du Président Andry Rajoelina, c’est entre autres pour punir ce dernier de ne pas s’être rangé du côté de la France au sujet de la résolution ci-dessus. Mais ce n’est pas l’unique raison. La France ne supporte pas que le Président Andry Rajoelina ne soutienne pas davantage les privilèges français dans la Grande Ile. Pourtant, ce dernier a été élu par son peuple pour défendre avant tout les intérêts de son peuple.

La déstabilisation de la France à Madagascar ne se limite pas à des financements (et des promesses de financements) à certains leaders de l’opposition. Elle passe également par un stratégique d’agression médiatique. Les médias français reprennent avec une loupe grossissante et relaient sur les réseaux sociaux tous les faits susceptibles de ruiner la réputation du régime du Président Andry Rajoelina.

Folojaona

Lire aussi