La Gazette de la grande ile

Edito : Abus des douaniers

Publié le 05 août 2022

Hier, nous avons pris connaissance d’une demande au secours de l’équipe nationale malgache qui représentera le pays à la Mondiale de la robotique à Genève en octobre. Leur matériel pédagogique qui est un don, est détenu à la douane et on leur demande de payer 1 million d’Ariary en échange. Ils disent être victimes de raquette venant de cet organisme depuis six ans. (https://bit.ly/3zz3AIj). On se demande si l’éducation est vraiment une priorité de ce régime Mamim-bahoaka.

Le 22 juillet 2022, une personne ayant un conteneur de don bloqué a également dit : « Faute à l’incompétence et surtout à la lenteur administrative à Madagascar, mais aussi surtout à tous les pourris qui veulent en profiter (dédicace en particulier à la personne responsable des ONG au ministère des affaires étrangères, laquelle a osé me demander le peu des trois ordinateurs dans ce conteneur pour son usage personnel, et ce sans aucune honte. Demander à avoir un don destiné à des enfants orphelins à Madagascar… j’aurais peut-être dû accepter sa demande honteuse pour une signature).

Un responsable des sports nous a rapporté également que des dons de matériels sportifs destinés à la jeunesse malagasy sont aussi stockés à la douane, parce qu’ils n’ont pas les moyens de payer.

Ce sont les cas que nous rapportons ici aujourd’hui, mais nous sommes sûrs qu’il y a eu pire, force à vous. Ce n’est pas normal et c’est pourquoi, nous le dénonçons.

C’est quand même absurde et une insulte si  les kits de congrès emballés  dans des sacs importés pour les jeunes participants aux Journées mondiales de la jeunesse catholique de Madagascar sont détaxés (https://bit.ly/3byOURh) et que d’autres doivent payer. L’arrêté 10416/2016 du 04/05/2016 prévoit des cas d’exonérations légales dont « Les importations d’objets à caractère éducatifs et culturels » (https://bit.ly/3BHvkx6). Il s’agit ici d’un kit pédagogique, donc pour l’éducation.

Trop c’est trop, nous avons marre des abus et des détournements perpétrés par les personnes au pouvoir qui agissent sans impunités. « Si victoire il y a, ce ne sera pas seulement pour l’équipe, mais pour nous tous Malagasy » et ils ont bien raison. Priorité au werawera et aux choses futiles, mais aucune considération et prise de mesure pour les besoins fondamentaux.

F. Ntsoa

Lire aussi