La Gazette de la grande ile

Insécurité grandissante : Délaissée par les forces de l’ordre

Publié le 08 août 2022

Les autorités étatiques semblent être trop occupées par la situation politique tendue. En effet, le phénomène d’insécurité risque de prendre de l’ampleur, en ville comme dans les campagnes. Le comble c’est que les actes de banditisme atteignent actuellement une certaine gravité. Outre l’incendie criminelle ayant récemment tué une trentaine de personnes à Ankazobe, des cas d’insécurité viennent d’être signalés dans d’autres localités. Vendredi dernier, quatre individus dont trois enfants, ont été atrocement assassinés dans la commune de Kelilanina, du district d’Ifanadiana. Le lendemain, un garçon de douze ans a connu le même sort à Amparafaravola. Sur ce, les forces de l’ordre n’interviennent que pour entamer les procédures y afférentes en vue de rechercher les auteurs de tels crimes. Autrement dit, elles ne font presque rien pour prévenir les cas d’insécurité grandissante, ce qui est constaté depuis ces derniers mois. Si des patrouilles militaires et policières sont aperçues dans les ruelles de la ville d’Antananarivo, on se demande bien si c’est aussi le cas dans les zones rurales, les plus enclavées. Les motifs souvent invoqués par les gouvernants sont entre autre le manque d’effectif au niveau des forces de l’ordre. Ce qui pourrait bien être fondé malgré le recrutement annuel des milliers d’éléments de la Police et de la Gendarmerie Nationale. Seulement, on a pu aussi constater, comme depuis toujours, le déploiement desdites forces avec des équipements adéquats pour interdire les manifestations politiques non-autorisées. Deux poids deux mesures qui marquent la volonté de l’administration de négliger tout simplement la sécurité des personnes et de leurs biens.

Par ailleurs, il est à préciser que la culture du « Fihavanana » n’a plus sa place au sein de la société. Des gens amoraux, sous l’effet de la drogue, tuent et assassinent d’autres pour une question d’argent pour un montant dérisoire. Face à l’actuelle aggravation du phénomène d’insécurité, des actions concrètes comme les mesures préventives de la part des forces de l’ordre sont attendues. La recherche des auteurs présumés des crimes n’est pas suffisante pour dédommager les familles et proches des victimes.

Randria M

Lire aussi