La Gazette de la grande ile

EN BREF

Publié le 09 août 2022

Déplacement du chef de l’Etat

Le vol Antananarivo-Paris avancé

Après sa rencontre avec les ambassadeurs des pays adhérents de l’Union Européenne hier au Palais d’Etat d’Iavoloha, le Président bien-aimé compte se rendre ce jour en France. En effet, l’heure de décollage pour le vol d’Air Madagascar Antananarivo-Paris a été avancée d’environ 2 heures, à 20 h 30. Une telle mesure exceptionnelle pourrait désavantager les autres clients de la compagnie, notamment ceux provenant des autres provinces. Si le retard des vols est souvent aperçu en matière de transport aérien, cet avancement est tout simplement inédit. Sûrement, bon nombre de passagers seront en retard pour ce jour. Cela importe peu, car le Petit Timonier devrait jouir de ses avantages et privilèges malgré les désagréments qui pourraient en résulter chez les simples citoyens.

Randria M

Anticipation de la prochaine saison de pluie

Que du colmatage

Après avoir affronté une saison de pluie assez violente à cause du passage de cinq cyclones, les dirigeants malgaches ne font rien pour anticiper la prochaine saison de pluie. Aucune anticipation n’est constatée et les barrages ne sont même pas renforcés. Ils colmatent juste les nids-de-poule sur les routes et ne projettent même pas la mise en place d’un moyen pour éviter les inondations. On s’attend déjà à ce que le régime soit de nouveau surpris par la prochaine saison de pluie et attendra les aides et autres dons de l’étranger pour se montrer au chevet de la population. D’ailleurs, ils ne peuvent pas entreprendre de travaux actuellement, car il n’y a aucune aide à détourner. Il n’y a personne à corrompre quand il n’y a pas d’argent à voler.

T. Berado

Création d’emploi

Le secteur privé à appuyer

Parmi les velirano de ce régime se situant à la 6e place, figure l’emploi décent pour tous, pourtant le régime ne fait même pas en sorte de créer de l’emploi. Pour cela, l’Etat doit appuyer le secteur privé qui est le seul à avoir la capacité de créer des emplois. Les groupements des entreprises tels que GEM, SIM, FivmpamaGEFP qui devraient réclamer l’aide de l’Etat allant dans ce sens, ne pensent qu’à leur propre intérêt. Pourtant, sans création d’emplois, la population malgache est condamnée à se réfugier dans le secteur informel pour survivre.

Andry J

Lire aussi