La Gazette de la grande ile

Routes nationales meurtrières : La faute au déblocage de l’argent du fonds routier !

Publié le 09 août 2022

La plupart des accidents de la circulation se produisent sur les routes nationales et coûtent la vie à de nombreux innocents. Pas plus tard qu’hier, la RN2 (Antananarivo-Toamasina) et la RN35 (Antsirabe- Morondava) ont fait des victimes. L’irresponsabilité des dirigeants est pointée du doigt avec ces accidents successifs sur les routes nationales.  L’état piteux des routes nationales figure parmi les causes des accidents, mais le ministre des Travaux Publics, Jerry Hatrefindrazana se montre inefficient. Malgré l’augmentation des cas d’accident de circulation ces temps-ci, les travaux sur les routes nationales n’avancent pas ou sont quasi inexistants. La RN2 se retrouve dans la liste des routes en piteux état, mais le ministère de tutelle ne bouge pas pour effectuer des réhabilitations. A noter que le gouvernement doit une somme de 550 milliards d’ariary au fonds routiers, mais jusqu’ici son déblocage est attendu. Comme nous l’avons déjà annoncé dans notre article paru le lundi 8 août en page 2, « le Directeur Général du Trésor a dit que le fonds routier dispose de près de 550 milliards ariary, mais leur déblocage nécessite les signatures de Ntsay et de Rajoelina ». Si les routes nationales sont meurtrières, c’est la faute au déblocage de l’argent du Fonds routier. Tout cela relève de la mauvaise foi de la direction du Trésor. Le gouvernement n’a pas été en mesure de payer l’argent des entrepreneurs routiers au cours de ces trois dernières années. Des centaines d’entreprises ont été détruites à cause de cela. Ce n’est pas étonnant si pas un de ces travaux sur les routes nationales ne se réalise.

Nandrianina

Lire aussi